Le porno a bousillé ma vie

 
Post new topic   Reply to topic    www.pornodependance.com Forum Index // TEMOIGNAGES DE DEPENDANTS ET DEPENDANTES // Témoignages de sevrages réussis
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Théo M


Offline

Joined: 30 Aug 2019
Posts: 38
Masculin

PostPosted: Fri 30 Aug 2019 - 08:45    Post subject: Le porno a bousillé ma vie Reply with quote
La lecture que vous allez entreprendre est celle de mon histoire. Celle d’un jeune homme qui tombe dès son plus jeune âge dans la pornographie et qui va subir au fil du temps des conséquences désastreuses sur sa vie sexuelle, sociale et personnelle.
    
     

J’ai décidé de vous partager mon expérience car j’ai vaincu une addiction qui aurait pu me faire plonger très bas si je n’avais jamais entrepris de changer.

Dans notre époque, le porno est vu pour beaucoup comme un moyen d’assouvir ses fantasmes ou de découvrir la sexualité. Pour moi la réalité est tout autre. J’ai consommé avec excès et je me suis heurté à des difficultés. Complexe de la taille de mon sexe, difficultés d’érection, impossibilité d’éjaculation, vision des relations dégradée, je ne compte plus ce que la pornographie m’a causé. Et je ne pense pas avoir été le seul à souffrir de ces symptômes.



L’histoire commence…

Mon histoire est celle d’un enfant de 12-13 ans qui découvre sa sexualité. Mes premières érections se sont manifestées à cet âge-là. A cette époque mes amis parlaient souvent de choses sexuelles comme la masturbation et l’éjaculation. Mais pour ma part je ne savais pas ce que c’était. A force de curiosité et d’en entendre parler, je décidais un beau jour de me donner du plaisir. Rien ne sortait, mais pourtant une drôle de sensation s’emparait de moi, c’était mon premier orgasme. Dans les semaines qui suivait je continuais de temps à autre à rechercher l’orgasme seul dans ma chambre.

Un jour je suis allé jouer aux jeux vidéo et dormir chez un ami ayant le même âge que moi. Pendant la soirée il a commencé à me montrer un court extrait de film pornographique. Une femme voluptueuse gesticulait sous mes yeux d’enfant innocent. C’était la première fois que je regardais un film pornographique. J’ai trouvé ça dégoutant et je refusais de continuer de regarder. Mais pour garder la face, je rigolais à mon ami en lui disant que c’était n’importe quoi. Lui de son côté s’est lancé le défi de remplir un tube avec sa semence. Il se touchait donc délibérément à côté de moi, c’était juste un jeu comme un autre pour lui. Je me suis écarté et l’ai laissé dans son délire, mais finalement il n’a pas réussi. Ça ne m’a pas forcement choqué et je me ne me suis pas remis en question en rentrant chez moi. Etant donné que ça me dégoutait je suis vite passé à autre chose. Quelques semaines plus tard un ami à moi me parlait dans les couloirs du collège de pénis de sexualité. On parlait de l’anatomie et du fait que c’est assez bizarre quand même. Et ensuite il m’a parlé d’éjaculation. Moi je faisais mine de comprendre mais en fait mon corps n’était pas assez mature pour ça. Donc je me posais la question de savoir quand est-ce que ça allait arriver quand même.



Un beau jour je décide par curiosité de visiter un site pornographique. Je me demandais si j’allais trouver ça encore dégoutant comme la dernière fois. Mais il s’est passé tellement de temps que depuis je pense avoir mûri dans ma tête. Je tombe sur une vidéo très simple entre un joueur de football américain et une pompon girl. C’est marrant que je m’en souvienne encore. Je me demande si je suis le seul à me souvenir de la première vidéo pornographique que j’ai regardé en solo. Ce qui est intéressant ici c’est que j’ai commencé à regarder des films avant même d’avoir été assez mûr sexuellement. Je ne connaissais même pas l’éjaculation. Maintenant que j’y pense je me dis que ce n’est pas naturel du tout à cet âge-là et à ce stade de développement là d’être exposé à ce genre d’images et d’émotions qui vont avec. Donc je continuais de temps en temps à en consommer mais très peu. Et un jour, j’ai eu le droit à la maturité sexuelle quand j’ai éjaculé pour la première fois. J’étais tout heureux parce que je devenais enfin un homme. A partir de ce temps-là je sentais que les hormones commençaient à affluer. J’étais constamment excité. J’utilisais de temps en temps la pornographie pour m’aider mais rien de bien régulier et de sérieux.


Vers la 4ème -3ème j’ai commencé à me diriger vers un loisir qui a bouleversé mon adolescence. Je suis devenu accro aux jeux vidéo. Et ceci au dépend des devoirs et des cours. Je jouais à l’époque à des MMORPG ou des jeux de tirs, j’étais souvent devant l’écran, seul dans ma chambre. Et c’est à partir de ce moment où ma consommation de pornographie s’est accélérée. Le fait d’être constamment sur l’ordinateur et d’être en pleine période de puberté faisait que je devais libérer mes pulsions fréquemment. Comme j’avais les films pornographiques sous la main quasiment tout le temps je ne me privais pas de me faciliter la tâche pour aller plus vite. Avant j’attendais qu’il n’y ait personne dans la maison, et au fil du temps je m’en foutais j’essayais juste d’être silencieux. A l’époque j’avais aucune connaissance des conséquences que ça pouvait engendrer. Donc je ne comptais pas combien de fois j’y allais, parfois je pouvais me toucher devant des films 2,3,4 fois dans la même journée jusqu’à plus être capable d’éjaculer quoique ce soit.


Le temps est passé, j’ai terminé ma 3ème pour arriver en seconde. J’étais un gros geek. J’ai raté mon année parce que je jouais trop et mes relations sociales et amoureuses étaient inexistantes. Je pense le fait de ne pas trop avoir de cercle social ça m’a poussé à trouver du réconfort dans le porno. J’ai donc retapé ma seconde et au début de cette nouvelle année j’ai décidé de changer car j’en avais marre d’être un looser. Alors j’ai commencé à changer de style vestimentaire, de mieux m’habiller, de réduire les jeux vidéo et de parler un peu plus aux gens. Ça a bien marché et je me suis vite fait des amis et des relations. L’année de seconde s’est plutôt bien passée, j’ai même rencontré une fille avec qui je suis sorti. Elle était très belle et douce, j’étais timide et idiot. Ça n’a pas duré longtemps parce que je n’étais pas un petit ami idéal de par mon manque de confiance et parce que je n’étais pas très intéressant. En fait je voulais beaucoup découvrir la sexualité avec elle parce qu’à force de consommer de la pornographie on a envie d’essayer et de se lancer. Donc je faisais un peu du forcing par message et aussi quand on se voyait chez elle ou chez moi. Elle, elle n’était pas prête mais et moi je n’arrivais pas à le comprendre. On s’est donc séparé et j’ai continué ma vie de lycéen avec toujours des sentiments pour elle pendant très longtemps, c’est ça le premier amour.


Parallèlement je continuais souvent de consommer de la pornographie. Je ne me rappelle plus ce que je regardais, mais je pense qu’à l’époque c’étaient encore des vidéos assez soft. Et puis un jour à la fin de cette année de seconde j’ai rencontré une fille qui est devenue ma seconde petite amie et avec qui j’ai franchi le pas (à 16 ans du coup). Avec du recul je pense avoir grillé un peu les étapes trop vite. On s’est rapidement mit en couple et on a couché ensemble très rapidement (environ 1 mois et demi – 1 mois – peut-être moins ?). Je m’en rappelle encore comme si c’était hier. En même temps qui ne se rappelle pas sa première fois ? Elle m’avait invité chez elle, un soir où ses parents n’étaient pas là. Je savais ce qui allait arriver. J’ai anticipé en essayant de ne pas me toucher 1 ou 2 jours avant pour être sûr d’être performant et prendre le plus de plaisir possible. Le jour J je me suis préparé pour l’occasion : mes meilleures fringues, mon meilleur parfum et la touche finale, le rasage des parties génitales comme les acteurs dans les films porno.

Et puis j’y suis allé. On a mangé puis dans le salon on a regardé un film et pendant ce dernier on a commencé à se toucher, à faire les préliminaires. Quand la tension était à son maximum on a décidé de migrer dans la chambre. Et c’est là que j’ai sorti mes bougies et mon encens que je lui avais promis de ramener pour rendre la scène plus romantique. Elle était ravie, on s’est couchés dans le lit et nous avons commencé tout le tralala. Elle avait déjà eu un copain auparavant avec qui elle l’avait fait. J’étais vierge, elle non. J’ai pris les devants en essayant de reproduire ce que j’avais vu dans les films. Mes mouvements étaient assez rapides, violents, mécaniques. Je cherchais seulement à faire comme dans les films. Je dirais que ça a duré au moins 15-20 minutes et on a arrêté parce qu’elle n’en pouvait plus et parce que j’étais épuisé. Vous l’aurez remarqué je n’ai pas dit que j’avais terminé, j’étais juste épuisé. J’étais content de lui avoir donné du plaisir. Mais moi est-ce que j’en avais pris ? C’était la question que je me posais, allongé dans le lit. Pendant tout le rapport je n’avais fait que de bander et de faire des vas-et-viens. Je me suis rendu compte que je n’avais pas réellement pris de plaisir au fond de moi. Seul le fait que ma copine avait été comblée me satisfaisait. Je me suis donc dit que c’était déjà bien et nous nous sommes couchés.

Les jours et les semaines qui suivaient on s’est souvent revu et on a encore couché ensemble. A chaque fois qu’on faisait l’amour je ne terminais jamais. Elle n’avait pas l’air étonné de ça et cela n’avait pas l’air de lui poser un problème. Mais moi ça m’en posais un. Je me demandais vraiment pourquoi je n’arrivais pas à terminer mes ébats comme j’y arrive seul chez moi en me touchant. Et puis par la suite à cause de disputes et de soucis entre nous, on s’est séparé. J’ai donc repris mes activités de consommateur régulier de pornographie très sereinement même si je n’avais pas arrêté pendant que j’étais avec elle.

De cette deuxième seconde jusqu’en terminale j’ai eu quelques relations, quelquefois sérieuses mais de très courte durée, d’autres ponctuelles. Je n’arrivais pas me mettre en couple. Et je ne savais pas si c’était parce que je ne trouvais pas la bonne personne ou si c’est car profondément au fond de moi je ne voulais pas m’engager. Pendant toutes les relations que j’ai eu au lycée le problème qui me suivait du fait de ne pas terminer mes rapports a continué et j’avais beaucoup de mal à finir même lorsque m’a partenaire utilisait sa main. En plus, je ne prenais toujours pas vraiment de plaisir. J’étais juste content à la fin d’avoir donné du plaisir et d’avoir réussi à coucher avec une fille. C’est peut-être là le problème. J’avais une vision de la relation sexuelle uniquement de récompense ou de trophée. Mais je n’en avais pas conscience.

Quand j’ai eu mon bac j’ai déménagé dans une nouvelle ville que je ne connaissais et où j’avais aucun contact. Je me suis dit que ça allait tout changer dans ma vie, que j’allais rencontrer plein de personnes, que j’allais vire de nouvelle expérience. En fait rien de tout ça s’est passé et ça a été une première année d’étude très monotone et ennuyante (j’avais à ce moment-là 19 ans). Je ne sortais pas souvent, j’étais assez renfermé, je marchais souvent dans la rue avec mes écouteurs en mode « je suis le boss », j’étais vraiment hautain. Le regard des gens comptait énormément pour moi. Je n’avais pas de personnalité. Evidemment je n’avais pas arrêté le porno. La solitude faisait que j’en consommais encore beaucoup, fréquemment chaque semaine. Je ne me rappelle plus les chiffres mais je savais que je ne me limitais pas.


Et puis à partir de ma seconde année de licence j’ai changé d’appartement parce que j’étais dans un 9mcarré, c’était trop petit. Et ça a déclenché en moi l’envie de me reprendre et d’arrêter le carnage de ma vie sociale. J’avais 20 ans, j’ai pris les rênes de ma vie et j’ai décidé de parler à tous les gens que je rencontrais, sans but particulier, pour m’ouvrir aux autres. J’ai rencontré de très bons amis qui sont devenu importants pour moi aujourd’hui et ça m’a permis d’avoir accès à de nombreuses opportunités comme des soirées, des rencontres, bref ça m’a encore plus permis de m’épanouir socialement. Je commençais à être comblé parce que je rencontrais du monde et je rigolais bien. Mais là on parle uniquement des relations sociales. En me penchant mes relations amoureuses, intimes ou sexuelles j’ai vite compris que je n’étais pas satisfait. Non pas parce que les femmes que je rencontrais étaient inexpérimentées ou quoique ce soit. Mais plutôt parce que je savais que la sexualité que j’avais n’était pas normale. Je n’arrivais toujours pas à terminer ces foutu rapports. Et je commençais même parfois à débander avant les rapports ou pendant. Pour moi coucher avec une fille ça devenait une performance où je devais donner le maximum de moi-même pour que ma partenaire soit comblée, laissant de côté mes propres ressentiments. Par ailleurs je n’arrivais toujours pas à m’engager, je cherchais uniquement des coups d’un soir, pour le trophée encore une fois. Tout le porno que j’ai consommé quand j’étais ado il a complètement reprogrammé mon cerveau. Me faisant croire que ce qui est bon pour moi c’est le fait d’enchainer les filles et d’être le plus performant possible au lit. Avec des idées comme ça dans mon esprit et mon inconscient c’est difficile de voir de la bonne manière les relations sexuelles et amoureuses.


Arrivé à 21 ans, avec le fait que je prenais de l’âge j’ai commencé à regarder des vidéos de plus en plus hard et violentes tout en continuant de consommer très régulièrement de la pornographie. L’habitude a fait qu’il me fallait une dose de plus en plus importante de dopamine. Donc je pouvais restais 10,20 minutes sur un site à chercher la vidéo parfaite, en regardant à peine les scènes entières. Je ne me rappelle je prenais pas du tout le temps, j’avançais directement dans la vidéo pour voir si les positions allaient m’exister. Si non je changeais de vidéos. Je pouvais avoir 2 à 3 fenêtres d’ouvertes sur mon navigateur qui faisaient tourner des vidéos, c’était pour pas perdre de temps Et ça même si j’avais une bonne vie sociale. Je pense que je me refugiais dans le porno parce que ma vie sexuelle ne me satisfaisait pas mais surtout parce que depuis mon adolescence j’ai pris l’habitude trop régulière d’en consommer. Et c’est ça qui a fait que j’ai continué. Même si on n’a pas de vie sexuelle parce qu’on ne rencontre pas de partenaire, si on ne connait pas le porno on ne va pas forcement se diriger vers. On va aller chercher d’autres sources de satisfaction comme les amis, la création, l’art, les passions. Le porno c’est une boucle sans fin en fait. Le porno détériore la vie sexuelle, donc on se réfugie dedans pour oublier que notre vie sexuelle est pas parfaite. Ce dernier mot il est aussi intéressant parce que je pense aussi avoir cru que les rapports sexuels devaient toujours être parfaits. Et ça c’est à force de voir des scènes d’une demi-heure où rien ne capote (sans mauvais jeu de mot).

Et c’est au milieu de ma 21ème année que j’ai eu un déclic. Je suis sorti avec une femme magnifique avec qui j’avais entrepris de rester sérieusement avec. C’était une époque où je commençais à m’intéresser aux effets du porno sur le corps et l’esprit. Donc j’essayais déjà de réduire ma consommation. Mais ce qui a fait que j’ai vraiment penser à arrêter, c’est que j’étais bien avec cette fille mais que je voulais vraiment être totalement épanoui avec elle. Nos ébats commençaient à être plus sensuels et intenses avec la diminution du porno, mais restaient écorchés par tout ce que j’ai stocké dans ma mémoire dans le passé.

J’ai donc entrepris d’arrêter le porno pour voir si nos relations s’amélioraient, et c’était le cas. Je prenais plus de plaisir parce que je me centrais davantage dans l’instant présent que dans des pensées de performance. En plus de ça j’arrivais quelques fois à terminer pour mon plus grand bonheur. Malheureusement on s’est séparés par la suite, ce qui a fait que j’ai repris la pornographie, me disant que ça ne valait plus le coup d’arrêter étant donné que j’avais plus de copine.

A ce moment-là la pornographie à pris le dessus et elle m’a eu. Mais ça c’est que partie remise. J’ai continué jusqu’à mes 22 ans à en consommer et à voir d’autres filles dans l’état d’esprit de conquête et de perf, mais toujours en me documentant et en pensant au fait que le porno c’est peut-être la cause de tous mes tourments. Petit à petit j’ai commencé à me lancer des défis d’abstinence, de « nofap » pour ceux qui connaissent. Et j’en ressentais immédiatement les effets positifs. A savoir le gain d’énergie et de motivation, la diminution des images sexuelles qu’on peut avoir en regardant les femmes, et surtout l’envie de créer du lien social. C’est ça qui a commencé à m’ouvrir les yeux et qui m’a motivé à entreprendre le voyage de l’arrêt du porno. Je me suis dit que si simplement le « nofap » ça donne autant de bénéfices qu’est-ce que donne l’arrêt du porno ? J’étais très excité à l’idée d’une vie sans porno où je puisse être libre de mes pulsions et plus connecté aux gens et aux émotions.

Depuis le premier jour où j’ai décidé d’arrêter le porno jusqu’à aujourd’hui où j’écris ce texte il s’est écoulé 11 mois. Pendant ces 11 mois j’ai chuté beaucoup de fois, ça n’a pas été une partie de plaisir. Au début ce n’était pas très compliqué à tenir, mais quand j’ai commencé comprendre que je voulais arrêter définitivement et pas pour quelques semaines ou quelques mois, je me suis dit qu’il allait falloir vraiment travailler sur moi. En moyenne je craquais 2 à 3 fois par mois où je me laissais tenter par des vidéos. Je culpabilisais toujours mais je me disais que c’était tomber pour mieux se relever. Jamais je ne me suis dit qu’il fallait que j’abandonne. L’échec n’était pour moi pas permis. Je refusais que continuer de vivre avec le porno dans ma tête. J’étais conscient qu’il me transformait le cerveau et l’esprit. Alors je me suis accroché. 3 mois de tentative d’arrêt après on arrive en janvier 2019. A cette date j’avais pour objectif de tenir un mois complet, du 1er au 31. J’ai failli réussir mais j’ai craqué au 29ème jour.
Ce qui est magique quand on entreprend d’arrêter la pornographie, c’est qu’on apprend l’humilité. Chaque fois qu’on présume de nos forces, on tombe, on échoue, c’est une grande leçon de vie. Jusqu’au mois de juin j’ai continué de craquer 1 à 2 fois par mois mais je ne regarde plus de vidéos, je me laisse tenter soit pas des gifs, soit par des photos, rien de plus. Mais pour moi ça compte quand même. Je veux pouvoir vivre une vie intime sans support visuel. Mes relations et mon état d’esprit ont radicalement changé malgré le fait que certaines fois je cède à la tentation. Le fait d’avoir véritablement diminué ma consommation a permis à mon cerveau et à mon esprit de se reformater et de retrouver son état naturel de pensée. J’ai réussi entre le mois de février et de mars à tenir 34 jours d’affilée, mon plus beau record.

Après cela encore quelques échecs et on se retrouve aujourd’hui, le 30 août 2019. Je n’ai pas visionné d’image pornographique depuis 3 mois.  

L'important dans le sevrage, c'est l'état d'esprit dans lequel vous êtes. Il faut penser comme un vainqueur, toujours se relever, même quand on échoue 50 fois. La persévérance paye toujours.  
  

_________________
Libérez-vous de vos chaînes www.goodbyeporno.fr
Back to top
Visit poster’s website
Publicité






PostPosted: Fri 30 Aug 2019 - 08:45    Post subject: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Turarbb


Offline

Joined: 31 Mar 2014
Posts: 156
Masculin

PostPosted: Mon 9 Sep 2019 - 22:59    Post subject: Le porno a bousillé ma vie Reply with quote
Hey ! je viens de tout lire, je me reconnais un peu. Je suis très content pour toi.
Ca donne beaucoup d'espoir et de courage !
Une des clefs est la persévérance alors.
Merci pour ce texte.
Back to top
Fabian


Offline

Joined: 25 May 2017
Posts: 879
Masculin

PostPosted: Fri 13 Sep 2019 - 15:15    Post subject: Le porno a bousillé ma vie Reply with quote
bravo mais tu n'est pas encore sorti d'affaire loin de là dans cette rubrique ce sont plutôt les vrais sevrages réussis.
j'ai suis sobre depuis plus de 2ans et ne poste même pas encore ici ne présumes pas de tes forces
Back to top
Théo M


Offline

Joined: 30 Aug 2019
Posts: 38
Masculin

PostPosted: Fri 13 Sep 2019 - 18:56    Post subject: Le porno a bousillé ma vie Reply with quote
Salut Fabian,


Bien que cela fait que quelques mois que je n'ai pas consommé, je préfère me dire que je suis guéris, car je le crois profondément.
Si je commence à me dire que je ne le suis pas, alors je ne le serai pas. Et ma volonté de ne plus en consommer est tellement forte, que je sais que je n'en consommerai plus.
Ce n'est pas de l'arrogance envers moi-même, c'est un contrat.
Je ne veux d'ailleurs même plus compter les jours, les mois ou les années. Je veux juste plus me rendre sur les sites pornos et ne plus penser que je dois le faire.
En tout cas, 2 ans pour toi, bravo ! Tu devrais oser poster dans cette rubrique, cela te donnerait encore plus confiance.
_________________
Libérez-vous de vos chaînes www.goodbyeporno.fr
Back to top
Visit poster’s website
Fabian


Offline

Joined: 25 May 2017
Posts: 879
Masculin

PostPosted: Sat 14 Sep 2019 - 14:04    Post subject: Le porno a bousillé ma vie Reply with quote
bonjour, un alcoolique n'est jamais sauvé je trouve présomptueux pour moi de dire que c'est fini car tout peut arriver mais fait comme tu le sent Smile
Back to top
Théo M


Offline

Joined: 30 Aug 2019
Posts: 38
Masculin

PostPosted: Sat 14 Sep 2019 - 14:43    Post subject: Le porno a bousillé ma vie Reply with quote
Je ne suis pas présomptueux. Je sais au fond de moi que je peux replonger si je ne fais pas attention et que je me laisse aller. Je le sais.Mais je préfère me dire à haute voix que c'est fini afin de convaincre mon cerveau que ça l'est. 
Quelqu'un qui est toujours entrain de se dire qu'il n'est pas guéri se perdra dans du pessimisme. Je ne me dis pas à haute voix et je ne crie pas sur tous les toits que je suis guéris, je l'affirme seulement quand on me le demande.
_________________
Libérez-vous de vos chaînes www.goodbyeporno.fr
Back to top
Visit poster’s website
Contenu Sponsorisé






PostPosted: Today at 16:56    Post subject: Le porno a bousillé ma vie
Back to top
Post new topic   Reply to topic    www.pornodependance.com Forum Index // TEMOIGNAGES DE DEPENDANTS ET DEPENDANTES // Témoignages de sevrages réussis All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Create my own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
alexisBlue v1.2 // Theme Created By: Andrew Charron // Icons in Part By: Travis Carden
Powered by phpBB © 2001, 2019 phpBB Group