Guerre d'usure contre l'ennemi intérieur

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    www.pornodependance.com Index du Forum // TEMOIGNAGES DE DEPENDANTS ET DEPENDANTES // Témoignages de dépendants
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Attrition


Hors ligne

Inscrit le: 12 Aoû 2018
Messages: 5
Masculin

MessagePosté le: Lun 13 Aoû 2018 - 02:28    Sujet du message: Guerre d'usure contre l'ennemi intérieur Répondre en citant
Salut à tous et à toutes,

    Comme tous ici présents, j'ai souffert de la dépendance à la pornographie. J'ai découvert ce site et son forum tardivement et longtemps après mon début de lutte contre la dépendance, ce qui explique le contenu fourni de ce premier message et ce pourquoi je tiens à parler au passé. C'est une véritable guerre contre moi-même que j'ai lancé, faite de hauts et de bas. Si j'estime être en bonne voie de sevrage, rien n'est jamais sûr, la victoire n'est pas acquise... et il faut maintenant faire face au champs de ruines que laisse la porno-dépendance.

    Les gens qui s'enferment dans un monde artificiel qui leur fournit tout le plaisir nécessaire n'ont strictement aucun intérêt à s'intéresser au monde réel. Ce fut mon cas pendant des années.

    Voici mon humble histoire.


1. Qui suis-je ?

        Je suis un jeune adulte de 29 ans, assez effacé et ayant toujours été maladroit avec les filles. Né avec un hypospadias dont l'opération m'a privé de frein et de prépuce, je suis tombé dans la spirale de la dépendance au porno très jeune. Rien ne m'a paru anormal, et je n'ai jamais parlé ouvertement de mon mal-être à quiconque, jusqu'à récemment. Disons-le sans détour : cette saloperie de pornographie a ruiné ma jeunesse et m'a privé des joies de cette période. Ce n'est qu'aujourd'hui que je prends conscience des ravages physiologiques, mentaux et sociaux qu'a entraîné, entraîne, et entraînera ce mal.

       
2. Les débuts

        Ma première approche de la sexualité a été la plus naturelle au monde, vers 10-11 ans, en découvrant le plaisir de tripoter Popaul, et en ressentant une attirance irrésistible pour une camarade de natation. Mais ce qui aurait pu devenir une sexualité traditionnelle, mes parents étant bienveillants mais pudiques et assez vieille école, a vite volé en éclat. Un copain de classe de sixième était tombé sur la cassette cochonne de son grand frère et la regardait en cachette, avant de finir par nous la montrer, moi et nos potes. Tout est parti de cette simple vidéo.


3. La grande période de la masturbation comme seul horizon : une libido inexistante

        J'ai eu ma première copine à 12 ans, puis je me suis branlé, jusqu'à 21 ans. Triste vie sexuelle et sentimentale... J'étais en perpétuelle recherche de "sujets" (d'images ou de films), que j'épuisais avant de passer à un autre. J'ai eu une période magazines et catalogues (porno ou grand public), une période teasers et vidéos payantes des débuts du Net, une période images et films pris au hasard sur le Net. Je fantasmais sur les filles, que je n'osais approcher. Je me branlais tout le temps, partout où je le pouvais (jusque dans les toilettes du collège...), jusqu'à une dizaine de fois par jour.


4. La période de la masturbation compensatoire : la sexualité détraquée

        À 21 ans, première expérience sexuelle. On s'attend à un monument de jouissance virile... comme dans les films. Et non. On découvre le corps féminin dans son imperfection (donc dans toute sa beauté, si j'avais su comprendre à temps...). On tremble de peur et d'excitation. On bande mou. L'orgueil en prend un coup : frustré, mon désert sentimental et sexuel se poursuivit de 21 ans à 27 ans. J'ai eu trois copines qui ne resteront pas longtemps. C'est l'époque des sites de vidéos gratuites en streaming, qui éteindront toute volonté d'aller au contact. Accessibilité, gratuité, anonymat : que demander de plus ?


5. La prise de conscience : une guerre contre soi

        C'est en retombant dans les bras d'une ex que j'ai lié le manque d'expérience, ma physionomie, la masturbation frénétique, ma libido en berne et la pornographie. L'esprit s'échauffait : pourquoi est-ce que je n'y arrive pas ? Pourquoi ne suis-je pas comme les autres ? J'ai enclenché une guerre contre moi-même, une croisade contre le porno et la masturbation, sans pour autant les lier. Je me suis renseigné, ai supprimé les images et les films que j'avais, tenté des périodes d'abstinences forcées dépassant rarement la semaine, fait du sport, multiplié les activités, rencontré de nouvelles personnes. Les rechutes ont été incessantes, comme si l'ennemi intérieur savait qu'il était traqué et luttait lui aussi... mais un cap avait été franchi.


6. Les dernières résistances d'un ennemi retranché

       L'ennemi est fourbe, mais la vie l'est tout autant. Quand une nouvelle copine laisse pourrir la relation, quand vous n'allez pas bien, quand la vie professionnelle tangue, l'ennemi reprend la main... dans tous les sens du terme ! L'ennemi reprend le visage de l'ami, de ce faux ami, ce vieux compagnon malveillant qui refuse de lâcher la grappe. C'est avec ma compagne actuelle que j'ai ouvert les yeux sur le désastre... pendant les trois premiers mois, l'ennemi s'est peu montré. Puis à la suite d'une forte rechute qui détruisit tout désir, pour la première fois, je me suis livré à quelqu'un, à ma compagne.


7. Mettre un mot sur un mal, c'est mettre à mal tous les maux

    Pour la première fois, j'ai établi un lien entre tous mes démons. Jamais je ne ressentirai autant de plaisir que les autres hommes, puisque je suis circoncis et privé de frein. Ce handicap physique ne m'a jamais paru anormal, et je n'ai pris conscience de toutes ses conséquences qu'il y a quelques mois à peine. Timide, réservé, j'ai rarement osé approcher les filles. Frustré, je me suis réfugié dans la branlette maladive. La pornographie est devenue cette sexualité de substitution. CQFD. Revenir à une sexualité normale est très donc difficile, voire pas possible sur certains points...

    Avec le recul, en 19 ans, rares ont été les jours passés sans me toucher au moins une fois. J'en suis actuellement à mon vingtième jour d'abstinence masturbatoire forcée en solo, mon record absolu "homologué". Jamais je n'ai tenu aussi longtemps. Cette fois-ci sera la bonne, je l'espère : je tiens à ma compagne, j'ai conscience de tous mes démons, je suis plus mature et responsable que le petit branleur compulsif que j'ai été. Après avoir lu les messages de nombreux dépendants, je me sens moins seul dans ce combat contre soi-même, contre ce démon intérieur vicieux, et j'en suis rassuré : on peut y arriver.

Merci de m'avoir lu, courage à tous et à toutes !
_________________
Jamais une image, un film ou un fantasme ne remplaceront une femme.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 13 Aoû 2018 - 02:28    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ulysse


Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2015
Messages: 96
Masculin

MessagePosté le: Lun 13 Aoû 2018 - 14:07    Sujet du message: Guerre d'usure contre l'ennemi intérieur Répondre en citant
Salut Attrition et bienvenu sur le forum,


Ton post est très bien écrit, on y voit bien tous les stades. Bravo pour tes vingts jours d'abstinence !! comment te sens tu ? As tu trouvé d'autres "hobbies" pour remplacer toutes ces heures perdues devant l'écran ?
Bon courage à toi et oui la vie est infiniment plus belle sans porno.


Ulysse 
Revenir en haut
Attrition


Hors ligne

Inscrit le: 12 Aoû 2018
Messages: 5
Masculin

MessagePosté le: Lun 13 Aoû 2018 - 15:10    Sujet du message: Guerre d'usure contre l'ennemi intérieur Répondre en citant
Salut Ulysse, et merci pour ton commentaire. J'avais peur au contraire d'avoir été trop verbeux...


C'est dur, mais on revit. Je suis en vacances chez mes parents, loin de ma moitié, ce qui par contre n'arrange rien. Pour compenser, je fais du sport (beaucoup de natation), je marche, je lis, je travaille, et je procrastine beaucoup aussi... c'est mon autre démon.


Mais je vais aussi revenir souvent sur le forum : lire les efforts des autres me donnera de la hargne. Mine de rien, se faire violence paye toujours... pourvu que ça dure.



Parole, dès que j'aurais du temps pour bien lire et écrire, mon premier message sur un autre sujet que le mien sera pour le tien !


@ très bientôt, et haut les cœurs !
_________________
Jamais une image, un film ou un fantasme ne remplaceront une femme.
Revenir en haut
gorkiland


Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2018
Messages: 6
Masculin

MessagePosté le: Mar 14 Aoû 2018 - 10:24    Sujet du message: Guerre d'usure contre l'ennemi intérieur Répondre en citant
Quelle histoire mec ! Tu as gardé à l'esprit le cheminement entier de ta dépendance. De sa naissance, à sa dégringolade (je te le souhaite plus que tout). Je sens quelqu'un de très combatif et hyper mûr en toi. Poursuis le combat Attrition  Okay
Revenir en haut
Attrition


Hors ligne

Inscrit le: 12 Aoû 2018
Messages: 5
Masculin

MessagePosté le: Hier à 21:15    Sujet du message: Guerre d'usure contre l'ennemi intérieur Répondre en citant
Tentative I (bien qu'il y en ait eu d'innombrables bien avant)
Porno + Onanisme = 22 jours

Je tiens, sans trop y penser pour le moment, avec du boulot, du la lecture et du sport... même si l'esprit est parfois assailli de violents coup de surins de la mémoire, à la limite du supportable. Un exemple : l'autre soir, j'ai pensé sans raison à une ancienne colocataire, mexicaine d'origine, belle comme un cœur, que j'ai déjà vu danser salsa, zumba et bachata... Complètement excité, j'ai dû me répéter en boucle "Non... Non. Non ! NON !" avant que la tension ne retombe. Un vrai schizo... et outre la peur de retomber ou de devenir maboul, arrive la culpabilité de penser à quelqu'un d'autre que ma copine...

Les surins de la mémoire... j'aime bien l'expression. "Flash" n'est pas assez fort...

_____________________________


Salut gorkiland, et merci.

Je n'ai aucun mérite, juste une bonne mémoire, ce qui dessert parfois (cf. au dessus)... Tu parlais de combativité et de maturité ? C'est en effet un élément quasi identitaire de ma lutte. Je me suis déjà planté tellement de fois que lorsque je parle de "guerre contre soi", je ne plaisante pas. J'ai perdu ma jeunesse, je ne perdrai pas le reste de ma vie. Je vois donc mes tentatives de sevrage comme une guerre d'usure bien réelle. D'où mon pseudo Twisted Evil , et la maturité viendra en récompense du contrôle de soi !

_____________________________

À ce propos, voici ma manière actuelle pour tenter de me sevrer. J'enfonce sans nul doute des portes ouvertes (je n'ai pu lire tout le site et le forum, donc pardon aux anciens pour les redites), et je ne suis pas un exemple au vu de la durée de ma dépendance... mais je l'applique depuis quelques mois, et malgré des hauts et bas inévitables (cf. mon premier message), je fais durablement reculer l'ennemi pour la première fois en presque vingt ans... donc.

Pensez 1.progressivité, 2.objectifs 3.modestie 4.hargne !

1. Soyez réaliste, ne vous imposez pas l'impossible.
Ne partez jamais d'emblée dans le but de tenir un mois entier sans vous toucher et/ou sans regarder de porno alors que vous y pensez chaque minute. Commencez plutôt par voir si vous pouvez tenir une heure, puis une demi-journée, puis un jour, trois jours, une semaine, etc.

2. Établissez des plans de bataille.
Fixez le début de vos périodes d'abstinence à un moment ou une date marquante pour leur donner un aspect symbolique plus fort (lever du soleil, anniversaire, fête religieuse, début de la semaine, du mois, de l'année...). Prévoyez-les à l'avance, le temps de y vous préparer mentalement.

3. Les petits ruisseaux font les grandes rivières.
Procédez à par à-coups, pas à pas. Grignotez votre ennemi morceau par morceau pour qu'il en soit plus digeste... Comme pour les fumeurs, diminuez la dose avec le temps et habituez l'esprit à la privation. Enfin, conseil déjà appliqué par tous, souvenez-vous de vos "performances", ou notez-les.

4. Nous sommes en guerre.
C'est mon état d'esprit, on l'a suffisamment compris. Porno et masturbation sont les deux faces d'un même ennemi intérieur qu'on ne présente plus. Un échec est un affront à venger, non la fin du monde. Mes listes d'affronts à venger sont l'aveu de ma forte dépendance, mais sont autant de sources de hargne.


Allez, bonne soirée à tous et à toutes, et comme a dit l'autre : "On les aura !"
_________________
Jamais une image, un film ou un fantasme ne remplaceront une femme.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:01    Sujet du message: Guerre d'usure contre l'ennemi intérieur
Revenir en haut
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    www.pornodependance.com Index du Forum // TEMOIGNAGES DE DEPENDANTS ET DEPENDANTES // Témoignages de dépendants Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
alexisBlue v1.2 // Theme Created By: Andrew Charron // Icons in Part By: Travis Carden
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com