Grillé...mais pas soigné

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    www.pornodependance.com Index du Forum // TEMOIGNAGES DE DEPENDANTS ET DEPENDANTES // Témoignages de dépendants
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
flbvc


Hors ligne

Inscrit le: 19 Jan 2018
Messages: 2
Masculin

MessagePosté le: Ven 19 Jan 2018 - 11:31    Sujet du message: Grillé...mais pas soigné Répondre en citant
Bonjour à tous et toutes, 
  
Depuis déjà quelques années, je me sens pornodépendant, me dit que c'est de la fiction, que c'est de l'énergie gaspillé (masturbation modéré à compulsive) mais je n'y arrive pas, voir cela s'aggrave par 2 passages à l'acte tarifé(1 il y a 1 an et l'autre tout juste hier). Celui d'hier a été grillé par mon épouse (SMS malencontreusement non supprimés) et l'ambiance est pour le coup compliqué. 
 
Dans notre malheur, je remercie mon manque de prudence car cela aurait pu durer encore plus longtemps et aller plus loin. Aujourd'hui le mal est fait, consommé, avoué, partagé mais le chemin de la confiance va être long, dure, compliqué aussi bien pour moi que surtout ma femme. 
 
J'ai été grillé 2 fois par ma conjointe sur du site porno avant, cela avait été compliqué et m’a déjà demandé si j’avais besoin d’aide, j’ai refusé en arguant que j’avais assez de volonté. L'année dernière je m'étais même engagé à voir qqun pour me soigner. Mais comme tout bon addict, juste mensonge, fuite en avant ! C'est ce que je crois comprendre de ce qui m'arrive. 
 
Hier la situation était extrêmement plus compliqué, car j'ai avoué un passage à l'acte (fellation protégé tarifé). 
Je m'en suis pris plein la tête, j'ai fait souffrir, je fais encore souffrir et cela dépasse le sentiment de culpabilité. 
Je souhaite rester en couple, j'aime ma femme, mes 2 enfants, sans aucune ambiguïté ! Cette saloperie de merde a mis en danger tout ce qui me tient le plus à cœur. Dire non ne suffit pas, ne suffit plus, ca ne marche pas. 
  
Hier durant ce gros moment de malaise, tiraillé, bousculé par des sentiments divergents, une honte extrême, j'ai pris un cahier et un stylo et en voici le contenu que je partage : 
  
  
Un sentiment de pénitence, de tiraillement, de honte extrême me prend au cou, à la gorge, au fond de mon âme. 
Au-delà de mon acte inqualifiable, ma moralité, soi-disant irréprochable, n’était qu’un leurre face à ce coté sombre qui m’a envahi avec le temps. Et ceux malgré la lumière qui m’entoure tous les jours. Ce coté sombre a blessé, au-delà de mon être, mes êtres les plus chers me Femme et d’une manière surement indirecte mes enfants. 
La culpabilité qui en découle torture avec force l’empathie que je peux avoir. 
 
Malgré, ma soi-disant capacité d’anticipation, le goût du risques, l’excitation de l’interdit, la bêtise, la déformation de la réalité par plus de 20 ans de porno régulier, m’ont entraîné dans un territoire hostile que sont la défiance des êtres les plus chers, l’incompréhension, le sentiment de culpabilité d’avoir blesser, écorcher l’amour de ma vie, et ceux pour des raisons des faiblesses. 
Je maudis ses faiblesses qui, aujourd’hui, m’ont entrainé dans un abyme profond. 
Je ne sais pas quoi faire, je n’ose pas regarder ma femme depuis ce moment, par honte, de dégoût envers moi-même. 
Cet orgueil qui me pousse à moraliser les autres s’est retourné contre moi d’une manière s violente que ne j’ai trouvé que le moyen de prendre ce cahier et ce stylo pour commencer un acte de rédemption entre ma femme et moi-même. 
Je n’ose imaginer ce qu’elle peut ressentir mais je sais ce que je ressens : à ce moment précis, un trou béant dans ma poitrine dégueulant toute la morve que j’ai pu avoir en ayant fait cet acte. Tel un boomerang mal lancé, je récupère les conséquences de mes actes, de mes faiblesses. 
Je ne saurai prédire l’avenir et ne le souhaite pas. A l’évidence, le temps permet de guérir mais qu’en sera-t-il de la cicatrice ? L’écriture de ses mots m’agace mais j’ai peur de parler, peur de blesser encore plus que je ne l’ai fait, je veux de tout mon cœur colmater, réparer ce qui peux l’être, mais comment ? Avec de l’aide ? en couple ? un peu des 2 ? 
La douleur que j’ai perçu dans le regard de ma femme me tétanise de honte, de peur, de peur de la perdre. Elle doit se demander ce que je fous à écrire dans pareil moment… encore mon empathie qui revient…J’aimerai savoir, j’aimerai savoir ce qu’elle souffre, encaisser pour elle pour arrêter ce passage. 
Quand elle m’a dit qu’elle aurait préféré entendre que je sois malade, même un cancer, cela m’a blessé. La vie est trop sacrée ! Mais que vaut la vie si elle n’est pas vécue avec valeurs, conviction, passion, amour ? J’ai violé le premier fondement « valeur » par l’usage d’acte pervers, par faiblesse, par fuite en avant et du mensonge. 
Il me reste la conviction, la passion, peu ^ter l’amour. Même diminuer, je le prends quand même. 
Ne doit t’ont pas compensé ses faiblesses par ses forces ? Dicton de merde ou réalité ? En écrivant ses lignes, je ne sais pas. Pourtant je reste car j’ai espoir. J’ai envie de fuir loin, me jeter dans une rivière ou un fleuve pour me laver mais cela ne servira à rien. 
(Bizarrement écrire me fait du bien, libérer mes pensées me soulage, peut-être un moyen de compenser ?) 
Fini la parenthèse positive, je souhaite souffrir, souffrir au centuple de ce que je fais subir à ma femme. Je ne lui dis pas assez « je t’aime », ce n’est pas faute d’y penser pourtant ! Ça me fait chier d’avoir louper tant d’occasions. J’ai l’habitude de dire que je ne vie qu’avec des souvenirs et pas des regrets. C’EST FAUX ! Encore de la naïveté sur ma condition. 
Je ne souhaite pas être parfait. Nos défauts permettent de nous faire aider. Nos défauts les plus intimes ou avouable sont à partager avec nos êtres les plus chers. J’ai failli ! 
Je n’espère pas que ma femme lise ses lignes, mais elle le fera, enfin je l’espère, qu’est ce que la certitude après ça ? 
Elle est partie se coucher, je ne peux pas aller la rejoindre, pas maintenant, cela prendra du temps. Je me fiche du regard des autres, seul sont regard et son jugement calent quelque chose. 
Je n’arrive pas à pleurer, j’ai envie mais ça ne sort pas, j’aie envie de crier mais je ne peux pas. 
Je suis fatigué mais j’ai encore envie… Envie, voilà un mot qui revient souvent ! L’Envie n’est t il pas un péché originel ? Voilà peut-être le problème !? La solution n’est t elle pas de faire envie, de donner l’envie plus que de l’avoir ? 
Il y a quelques années et encore un peu maintenant, on me reprochait ma très mauvaise qualité d’écoute. Ma femme, la première, me le balançait à la tête. Je ne peux que constater que cela s’est amélioré et c’est bien grâce à elle. Qu’ai-je apporté en retour ? A-t-elle de me le dire. Je ne souhaite pas y réfléchir pour l’instant. 
Je ne vais pas dormir à coté d’elle ce soir, elle me sent souiller, je comprends, je le suis, pas aussi salement que si j’avais ôté la vie. 
Je me rappelle qu’elle m’a demandé si j’avais « touché notre fille !? Est-ce la colère penser cela pu un moyen inconscient de me blesser gravement ? En tout cas, c’est réussi ! Je ne lui en veux pas, je ne lui en voudrai jamais quoi qu’elle fasse, même ce que j’ai fait. Passer la colère, j’essayerai de comprendre, d’aider, d’avoir de l’espoir, de croire, de redonner confiance en soi, en nous. 
Parlons confiance en coi, pendant ce moment, de psychanalyse improvisé et forcé. A l’évidence beaucoup de monde pense que j’en ai !? En réalité, je compense par la levée des doutes (juste de la méthodologie) mélangé subtilement à un contrôle de posture donnant confiance. Un putain de jeu de dupe selon moi. Cela reste cependant sincère car cela aide les autres, c’est la seule raison. 
Je repense que je dois aller dans la chambre désactivé mon réveil. Je ne souhaite pas contrarier sur ce point ma femme dès le lever, même si la nuit va être compliqué à gérer. 
Je viens de relire. Que va-t-elle penser ? Encore des mots, que des mots ? 
Comment lui prouver qu’ils sont sincères !? 
J’aimerai ouvrir mon âme pour lu montrer mon amour, mais également mes blessures, les mettre à vif pour elle. C’est dur, mais cela n’a rien à voir avec la confiance. Je suis pudique sur mes pensées, je ne souhaitais pas montrer mes faiblesses. J’ai eu tort car 1) elles m’ont emprisonnées 2) c’est une force de les exprimer. 
Mon côté cérébral me fait peur parfois, je me sens en décalage avec les autres. Parfois cela me torture, une forme de mal être. 
Je dois aller en déplacement bientôt, je n’irai pas, peu importe les conséquences. Je prendrai si je le peux, RDV avec un psy. Parler sans avoir le sentiment d’être jugé, de comprendre pour guérir, pour être mieux et que les autres soient mieux. 
Je ne veux perdre personne, j’ai besoin d’eux et en particulier maintenant. Le sommeil me prend mais je résiste, j’ai mal, nous avons mal ! j’ai honte tellement honte ! 
Fais-moi souffrir tant que tu veux mais aide-moi. Je ne sais comment t’aider en retour pour l’instant, j’ai bien quelques petites idées, à voir en pratique… 
  
 
  
Pendant que j’écrivais ce post, j’ai pris RDV avec psychiatre non loin de chez moi, c’est pour le 30/01. Je lui ai expliqué la situation, il m’a dit qu’il peux m’aider que c’est une addiction comme une autres (je pense le passage où il m’indique qu’en général les conjointes n’apprécie pas :-/ ). 
J’aurai préféré avant, je ne sais pas vraiment quoi faire en attendant… souffrir comme je l'a fait souffrir. J'ai le pardon facile mais envers moi-même c'est plus compliqué. 
 
Coté couple je ne sais pas si nous devons nous faire aider ou attendre déjà que de mon coté, cela se résorbe. 
 
Pour ceux qui ont lu jusqu'au bout, bravo et merci. 
    
 A bientôt ! 
 
Fab 
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 19 Jan 2018 - 11:31    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Vesper69


Hors ligne

Inscrit le: 25 Mar 2017
Messages: 366
Masculin

MessagePosté le: Ven 19 Jan 2018 - 15:43    Sujet du message: Grillé...mais pas soigné Répondre en citant
Hello flbvc !

Bienvenue sur ce forum ! Et félicitations d’avoir ouvert un carnet et de commencer ton combat !
 
http://votrecerveaudansleporno.com/


Je te conseille  d’aller sur ce site qui est top pour comprendre cette addiction particulière. 


Et non ce n’est pas une addiction comme les autres ... cela touche un besoin physiologique du cerveau .. c’est comme etre addict a l’eau et a la bouffe ... seule la boulimie peut s’apparenter à  cette addiction ... et encore la pornodependance peut mener à  la boulimie ... donc le psychiatre qui compare cette addiction a une autre ... ca me fait légèrement sourire. Elle est tres recente ... peu d’etudes sont sorties donc il n’est pas specialiste moi non plus mais je n’utilise pas d’arguments d’autorités... bref attention aux cachets qu’il va te donner car ca n’aidera pas ton sevrage ... Néanmoins, si tu juges que cela te sera bénéfique pourquoi pas Smile


Le psychologue pourra plus t’aider cependant Smile


Je te conseille egalement d’aller lire les différents carnets de sevrage en cours et reussi pour te faire une idée 


Plus tu t’éloigneras du porno plus tes problemes se résoudront tout seul Smile


Courage !  Okay
_________________
C'est quand on a touché le fond qu'on est libre de faire ce que l'on veut
Tyler Durden
Revenir en haut
flbvc


Hors ligne

Inscrit le: 19 Jan 2018
Messages: 2
Masculin

MessagePosté le: Ven 19 Jan 2018 - 21:29    Sujet du message: Grillé...mais pas soigné Répondre en citant
@Vesper69 > j'ai surement mal restranscrit, on parle bien d'une addictologie comportemental, d'où le coté physiologique.




Aussi, j'ai été contacté par une psychiatre/addictologue au téléphone (medecindirect / merci la mutuelle).
Après un échange ouvert, elle m'indique que je ne suis pas foutu et que ma prise de conscience est plutôt la bienvenue et au bon moment.
Suite à une série de questionnement, elle ne me considère pas comme addict au porno  mais sur le point de l'être (c'est vrai que ce n'est clairement pas tous les jours et/ou plusieurs fois par jours).
Le dépassement de la ligne rouge a été l'élément déclencheur pour dire stop.
Mon sentiment de culpabilité est normal. 
Il faut que je laisse un peu de temps à madame et à notre couple.
On a aussi discuté de la sexualité de notre couple, il semblerait que l'on ai pas la même vision. Elle (la psy) distingue bien la masturbation (qui est physiologique si modéré) de la porno dépendance avec masturbation (dans ce dernier cas, le cerveau a sa récompense et fait l'association des 2 et en demande toujours plus).
D'ailleurs j'en ai profité pour prendre conscience que mes fantasmes étaient guidé d'une certaine manière par le porno et non par mon imagination, en fait cela s'apparente pour moi à une prison, surtout que j'aime bien le coté créatif et innovant, alors resté dans une prison... très peu pour moi.


Bref, elle me conseille d'aller aussi consulter un sexologue et en couple afin de rechercher les causes vers une potentiel frustration et/ou incompréhension de l'autre. Celle ci pourrait être bénéfique afin que chacun s'exprime sur ce qu'est la sexualité de soi même et de l'autre, du couple. Nos référentiels ont surement divergé sur ce point. Comme quoi même après 15 ans de vie commune, on cherche encore à se découvrir, soi même, l'autre et le couple.
Le plus dur, je pense va être de la convaincre de m'aider en venant avec moi et de parler librement. Surement dans un 2ème temps, je ne voudrai pas encore une fois la brusquer.


En tout cas ce forum, m'a déjà bien aidé. Je vous tiens au courant, si cela peux m'aider et aider d'autres aussi.
Revenir en haut
Vesper69


Hors ligne

Inscrit le: 25 Mar 2017
Messages: 366
Masculin

MessagePosté le: Ven 19 Jan 2018 - 23:39    Sujet du message: Grillé...mais pas soigné Répondre en citant
Des etudes tres serieuses ont montré que meme si tu te masturbes pas en regardant du porno tout les jours tu developpes les mêmes symptômes qu’avec la pmo ... je dis juste que les psychologues et les psychiatres n’ont que les données des porno dependant d’avant l’ere du haut debit... pas pour rien que les gens des carnets ont commence leur dependance au meme moment ...


Avant tu allais louer ta cassette de cul dans la boutique de location le vendredi soir ... maintenant tu peux te branler sur ton lieu de travail avec la 4G ... la plupart des psy se basent sur les anciens cas ... qu’ils ont appris a l’ecole Smile


La mo peut etre lie ou pas au porno. C’est plus pervers car un dependant n’est pas excite par le contenu mais par le fait de rechercher du continu tout le temps ... on voit plus de femme a poil en 10 secondes que nos ancêtres en une vie ... 


Concernant ton couple... je ne suis pas expert ... mais en me basant sur les témoignages dans ce forum ,.. plus la femme participe au sevrage plus les chances de reussite sont grandes ! Smile 


Essaye de lui faire lire des carnets ... elle comprendra que tu es malade, qu’il faut te soigner et que ca se soigne Smile
_________________
C'est quand on a touché le fond qu'on est libre de faire ce que l'on veut
Tyler Durden
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:43    Sujet du message: Grillé...mais pas soigné
Revenir en haut
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    www.pornodependance.com Index du Forum // TEMOIGNAGES DE DEPENDANTS ET DEPENDANTES // Témoignages de dépendants Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
alexisBlue v1.2 // Theme Created By: Andrew Charron // Icons in Part By: Travis Carden
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com