Lâchage de lest
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    www.pornodependance.com Index du Forum // TEMOIGNAGES DE DEPENDANTS ET DEPENDANTES // Témoignages de dépendants
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Einsamer Reiter


Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2017
Messages: 9
Masculin

MessagePosté le: Ven 4 Aoû 2017 - 22:10    Sujet du message: Lâchage de lest Répondre en citant
Bonsoir désolé d'avance pour le roman qui va suivre, mais j'avais trop de choses dans ma tête dont je n'ai jamais fait part à personne...

   Alors voilà, cela fait plusieurs années que j'accumule diverses souffrances liées de près ou de loin à cette saloperie de drogue qu'est le porno. Je suis quelqu'un de plutôt (très) timide et introverti avec les gens que je ne connais pas et je dois dire que j'ai du mal à réaliser que j'ose écrire ce qui va suivre...

   Mais il le faut car par moments je suis à bouts. Pour reprendre le titre du sujet si je devais faire une sorte de métaphore de ma vie, c'est comme essayer de faire décoller une montgolfière dont la nacelle serait remplie de plomb... ça ne marche pas. Je poste ceci pour "lâcher du lest", me sentir plus léger, et si en plus cela pouvait en encourager d'autres à arrêter le porno, ou si cela pouvait m'aider... bref j'ai tout à y gagner.


   Bon commençons par le commencement : pourquoi j'ai sombré dans le porno? Tout a commencé à l'adolescence... J'ai maintenant 19 ans (et suis un "homme") et mon attirance sexuelle pour les filles a commencé véritablement à 12 ans, début de la puberté et âge de la première masturbation. Seulement voilà... je souffre de solitude depuis à peu près la même époque, parce que je suis timide, que je suis différent (cf mon avatar et pseudo ça vous donne une idée) et de fait je n'ai jamais eu d'expérience sexuelle avec quelque fille que ce soit. Et cela n'a pas changé, en d'autres termes les seules filles nues que j'ai vu de ma vie sont des "actrices" porno (je ne sais si une fille filmée à son insu peut en effet être appelée "actrice").

   Du coup à 13 ans, déjà las d'attendre et voyant certains avoir leur première copine, découvrant petit à petit le sexe via des articles sur la puberté etc... j'ai commencé à regarder des photos "érotiques" puis carrément pornographiques "juste pour savoir à quoi ressemble une vulve/un vagin" (en gros c'est l'idée). Problème : une drogue en entraîne une autre, et j'ai voulu en "savoir" et surtout en voir de plus en plus. J'avais un bon copain qui malheureusement était déjà allé sur du porno dès ses 9 ans, et avec qui plusieurs fois j'ai visionné des vidéos chez lui, jusqu'à ce qu'une fois on pousse le bouchon jusqu'à "faire notre affaire" sur la même vidéo... sauf que sa mère nous a surpris! imaginez la honte. Cela m'a fortement calmé, sauf qu'à l'époque je n'avais jamais été aussi excité je dois dire...

   Donc pour reprendre le fil, un peu moins de 2 ans après, vers 14 ans alors que je regardais de plus en plus de photos (mais jamais "que" des photos, la plupart du temps je me masturbais quand même "naturellement") et que ce pote n'était plus proche de moi je me suis rappelé "ses" vidéos... et me rappelant de l'humiliation liée à ça je n'ai pas osé tout de suite mais lentement j'ai commencé à regarder des vidéos "sexy" sur youtube, puis sur dailymotion. Et là s'est profilée l'addiction : j'ai commencé pendant les grandes vacances à regarder du porno (car il y en avait en tous cas sur dailymotion) la nuit sur MON ordinateur, car je venais d'avoir un PC portable avec internet dans ma chambre pour la première fois (donc si il y a des parents limitez autant que faire se peut internet dans la chambre, bien qu'à l'heure des smartphones je crains que cela ne soit désormais impossible...).


   A 15 ans j'ai réellement basculé : je suis dans un même temps devenu accro aux jeux vidéos, world of tanks en l’occurrence, qui me servait de "refuge" dans ma solitude (je ne voyais littéralement personne en dehors des cours, et mes relations avec ma famille étaient très tendues, j'étais presque mutique parfois). Je jouais jusqu'à 10 heures voire 15 heures par jour, pendant les cours je me couchais parfois à 2h30 du mat tous les soirs de la semaine (devant me lever à 7h, donc max 4h30 de sommeil) et 6h le week-end... Un autre problème est venu faire un lien terrible avec le porno : depuis mes 10 ans étant très anxieux je souffrais de fortes difficultés à m'endormir (une fois endormi tout allait bien c'est vraiment le fait de m'ENdormir)parfois j'avais même envie de vomir et j'étais épuisé. Quand j'ai commencé à me masturber je me suis vite rendu compte par hasard que faire son affaire le soir juste avant de se coucher était un formidable somnifère. Et donc je ne sais pas si vous voyez où je veux en venir (sincèrement j'ai peur de trop raconter ma vie mais il faut vraiment que je parle de ça...) mais quand je me couchais tard à 15 ans, étant sur mon ordinateur et ayant l'habitude de me masturber pour trouver le sommeil j'ai inéluctablement pris l'habitude de me masturber devant du porno (et à partir de cet âge sur de "vrais sites", mais encore un peu "au hasard" pour le choix des vidéos), et ce, TOUS les soirs.

   L'année suivante j'ai fait perdurer l'habitude mais sans m'en rendre compte j'ai commencé à tendre vers des fétiches (qui restent à mon goût moins malsains que d'autres mais voilà), les lesbiennes et les rendez-vous gynécologiques... dites moi si il vaut mieux ne pas les citer car certains risqueraient de rechuter mais l'un des deux a un lien avec la suite malheureusement...

  
   A cause de ma solitude toujours et surtout de la frustration engendrée par l'impression de ne pas plaire aux filles, ainsi que de facteurs familiaux (mère surprotectrice), j'ai fait une "petite dépression" au moment du bac à 17 ans qui a changé beaucoup de choses. J'ai fait une attaque de panique et je me suis senti si mal que je vomissais à chaque fois que je mangeais, je ne parvenais pas à dormir, je n'avait envie de rien et j'en passe. Et surtout, ma libido était à ZERO. Impossible de "bander" même devant un porno et ce plusieurs semaines durant. Du coup entre autres changements liés à cette "dépression", car j'étais vraiment mal dans ma peau et donc trop introverti, mal habillé, ennuyeux, je n'osais rien dire ni exprimer mes opinions... j'ai donc changé de style vestimentaires, appris à m'exprimer auprès des autres etc, et j'ai arrêté le porno. Que du bonheur après 6 mois de souffrances donc non?

   Mais à 18 ans mieux dans ma peau et plus sociable avec les autres mecs, mon manque affectif et le mépris/ l'indifférence totale des filles envers moi m'ont fait rechuter. Et là j'ai commencé la vraie addiction :  du porno non seulement toutes les nuits, mais cherché parfois des heures, par catégorie désormais, des fichiers textes remplis d'url de vidéos dans mes dossiers sur l'ordinateur, quelques téléchargements de vidéos complètes, et tout ça jusqu'à quatre fois par jour... Je me masturbais chaque soir avant le coucher mais aussi dans les toilettes, la salle de bain, des fois même dans des toilettes publiques ou les cabines de piscine. Car en plus de l'ordi j'ai eu un smartphone avec écouteurs et accès illimité à internet, en d'autres termes le porno où et quand je le voulais. J'avais honte mais impossible de m'arrêter. La masturbation est devenue compulsive, parfois j'avais même mal tellement je "faisais mon affaire" trop souvent, et régulièrement j'éjaculais sans obtenir AUCUNE jouissance... vraiment aucune. Et le pire, je me disais "bon bah on va recommencer et on va jouir cette fois" sans vouloir être vulgaire mais c'est vraiment ça.


   Ce qui va suivre est en partie ce qui m'a décidé à arrêter, mais surtout ce qui me rend le plus honteux, j'en culpabilise encore... J'avais dit qu'un de mes "fétiches" avait un lien avec la suite... et bien à un moment ma cousine qui a 2 ans de moins que moi et dont je suis assez proche m'a parlé de sa peur d'aller voir un(e) gynécologue, car elle devrait se montrer nue etc...
   Alors là d'un seul coup sans le sentir venir alors que je luis parlais calmement, je me suis mis à avoir une érection si forte qu'elle me faisait mal, pire encore j'ai eu la nausée et envie de vomir, en plus je devenais tout rouge. Elle n'a pas compris ce qui m'arrivait heureusement mais j'ai dû m'éclipser en disant que je me sentais malade. Je ne m'étais rendu compte de rien mais quelque chose de malsain venait de se greffer en moi... ou plutôt de se révéler. Je dois avouer (je ne sais si c'est "normal") que j'ai toujours été attiré tant moralement que physiquement par elle, mais à partir de ce moment elle est devenue l'objet de mes fantasmes sexuels, encore aujourd'hui, si bien que j'ai du mal à lui parler en face, surtout seul à seule, sans éprouver un malaise (et si elle le voyais etc)... Cela est arrivé quand je venais de quitter le lycée il y a un peu plus d'un an, et depuis elle est la seule fille de ma tranche d'âge que je vois en dehors de ma sœur, ce qui n'a fait que renforcer mon attirance à son égard et malgré ma culpabilité je ne peux pas m'empêcher d'aimer ma cousine... Or ce n'est pas réciproque et ça serait purement et simplement... de l'inceste...

   Je suis persuadé que sans mon addiction au porno cela ne serait jamais arrivé... mais il est trop tard je dois faire avec. C'est ce qui m'a poussé à arrêter depuis cinq jours : je croyais que le porno assouvirait mes pulsions, serait un exutoire qui me canaliserait mais en fait il n'a fait que me rendre de plus en plus obsédé par le sexe au point qu'une scène de nue dans un film, ou l'évocation du sexe par une fille dans la conversation me met dans le même état qu'avec ma cousine : boule au ventre, érection douloureuse, envie compulsive de m'éclipser pour me masturber et ainsi me "soulager"... et c'est insupportable et détruit mon estime de moi.

   De fait depuis ces cinq jours (depuis lundi) j'ai décidé d'arrêter définitivement le porno sous toutes ses formes : finies les vidéos, mais aussi les photos, images et histoires érotiques. Ces-dernières étant pour moi pire encore que les vidéos, elles me mettaient parfois dans cet état "comme avec ma cousine" au point qu'une fois la nuit j'ai failli vomir dans ma corbeille tellement j'étais excité... oui je sais je me demande comment je ferai si un jour j'ai une copine et que je dois vomir au moment où elle se déshabille... j'ai l'impression d'être taré parfois :/

   M'enfin bon donc c'est décidé j'arrête toute masturbation avec support autre que mon imagination ou qu'une vraie fille (je ne demande que ça mais j'ai peur de ne jamais y parvenir...). J'estime être relativement chanceux dans mon malheur car contrairement à beaucoup d'accros sans doute, étant très "fleur bleue" et rêvant d'amour pas uniquement sexuel, je suis encore capable de fantasmer de moi-même et je n'ai pas une vision de la femme "réellement comme dans le porno". Pour être précis (encore je sais que j'en dit beaucoup trop mais il faut que ça sorte) j'exècre les scènes humiliantes pour les femmes (genre fellation systématique, je ne comprend pas qu'un homme puisse être excité par la vue d'un autre homme prenant du plaisir... peut-être en se mettant à sa place et encore). Pour faire simple j'aime avoir l'impression que la fille aime ce qu'elle fait, qu'elle est naturelle... d'où le fait aussi que je ne supporte pas et repère de suite les cris exagérés, les faux seins, les faux fessiers, les fausses lèvres (du haut comme du bas si vous voyez ce que je veux dire)... et que je hais les filles épilées partout (je considère que seules les jambes et aisselles devraient être épilées si elles sont visibles, et éventuellement les quelques poils qui dépasseraient du maillot/ de la culotte). Du coup je suis d'autant plus frustré car moi qui aime les filles "naturelles" et aussi le dialogue... essayez de trouver des vidéos porno de ce type (j'en ai trouvé mais quasi inexistantes). De toutes les façons même si elles étaient courantes j'en ai assez de dépendre de cette merde comme un camé. J'ai failli sombrer dans l'alcool aussi après avoir été rejeté par la seule fille à qui j'ai osé parler de mes sentiments pour elle cette année, et je peux vous assurer que ne pas devenir alcoolique et arrêter d'être drogué aux jeux vidéos ont été bien plus simples que la lutte que je commence enfin réellement contre cette saloperie (pardonnez ma grossièreté ça soulage).

   J'ai dans le même temps commencé un programme de "remise en forme" sportif (pompes abdos etc) et ai totalement refait ma chambre, mon but à long terme est d'enfin me débarrasser du porno pour enfin m'assumer, avoir confiance en moi, être meilleur; et surtout grâce à tout cela et à tout ce que j'ai changé dans ma vie depuis ma "dépression", enfin trouver une copine que je puisse aimer sans avoir honte d'être moi.

   Je passe par des phases de déprime chronique en ce moment, parfois je perds espoir, peut-être sont-ce les effets du début du sevrage... je tiens à préciser que je ne veux pas arrêter la masturbation, au contraire paradoxalement me soulager "naturellement" m'aide à ne pas replonger je pense. Aussi en plus de tout ça j'ai supprimé la majorité du contenu porno de mon ordinateur, mis des bloqueurs et éteint mon smartphone que je ne prendrai pas quand je partirai en vacances prochainement...

 Enfin voilà, merci à ceux qui liront ceci, s'il vous plaît toute réponse/conseil quel qu'il soit peut m'être utile. Mille fois désolé pour le pavé, je sais que je parle trop (alors que paradoxalement je n'oserais pas dire tout cela même à mon seul ami ou à ma sœur et mes parents...)...

Cordialement, un addict qui veut se battre.   

_________________
On peut perdre un combat, mais celui qui ne se bat pas a déjà perdu.


Dernière édition par Einsamer Reiter le Mar 22 Aoû 2017 - 22:47; édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 4 Aoû 2017 - 22:10    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Knight


Hors ligne

Inscrit le: 23 Juin 2017
Messages: 10
Masculin

MessagePosté le: Ven 4 Aoû 2017 - 23:00    Sujet du message: Lâchage de lest Répondre en citant
Je ne suis pas encore doué pour les conseils, mais en tout cas je te dis bravo d'avoir posté ce message et courage pour ce combat. Ce qui est sur c'est qu'ici tu as des oreilles réceptives et de la solidarité. D'autres te donneront sûrement des conseils utiles. Moi les articles du site m'aident souvent à repartir du bon pied.
_________________
Nous ne serons plus jamais des esclaves
Revenir en haut
Winnie


Hors ligne

Inscrit le: 25 Juil 2017
Messages: 16
Masculin

MessagePosté le: Ven 4 Aoû 2017 - 23:05    Sujet du message: Lâchage de lest Répondre en citant
Bonsoir Einsamer Reiter,


Tout d’abord, bienvenue sur ce forum, tu y trouveras probablement l’aide et le soutien nécessaires pour t’aider à t’en sortir.


Tu as déjà fait un grand pas en avant en te rendant compte de cette addiction. Si j’en crois ta présentation tu n’as « que » 19 ans. Je me rappelle que j’étais exactement dans la même situation que toi à ton âge. Je pensais que jamais aucune fille ne s’intéresserait à moi, je me sentais différent. J’ai trainé ce mal-être pendant près de 15 ans. De mon côté, je n’ai rencontré ma première « petite amie » qu’à l’âge de 32 ans. Et je ne me suis vraiment rendu compte qu’un an avant de cette saloperie que représentait le porno. Ce qui ne m’a pas empêché de continuer à en consommer jusqu’au début de mon sevrage il y a une grosse dizaine de jours seulement. Avec le recul, j’ai compris que ma dépendance au porno avait affecté pendant des années et des années ma confiance en moi, et de facto m’a poussé à me replier sur moi-même et à m’enfermer dans un désert de solitude (même si j’ai réussi à reprendre le dessus depuis quelques années déjà, tout en continuant dans ma porno-dépendance). Aujourd’hui j’ai 35 ans et je commence à peine à comprendre que ce n’était aucunement une cause, mais tout simplement une conséquence de mon addiction.


Tout ça pour te dire que tu as encore beaucoup de belles années qui se profilent devant toi et qu’il n’est absolument pas trop tard, bien au contraire, pour reprendre le fil de ta vie. Tu n’as pas confiance en toi et tu te sens différent parce que tu es porno-dépendant, et dis-toi que ce n’est très certainement pas l’inverse !


J’ai appris une chose de mes quelques fréquentations féminines, c’est qu’il n’y a rien de pire pour une fille que de sentir qu’elle a à faire à un mec en mal de confiance. Et qu’y-a-t-il de pire pour anéantir sa confiance personnelle que d’être accroc au porno ? On se sent tellement honteux, ridicule, différent… Qu’on en vient à se sous-estimer et à fuir toute relation sociale, c’est inévitable. Et on en arrive à se convaincre que les gens ont exactement la  même opinion que nous avons de nous-même. Ce qui est sans doute vrai puisque nous renvoyons une image extrêmement dépréciative de nous-même s'en forcément nous en rendre bien compte. Si on devait faire un parallèle avec un mec qui se shoote à l'héroïne, il n'y a pas besoin de pousser l'analyse bien loin pour se rendre compte quand un mec est accroc à cette drogue, ce qui le rend pour le commun des mortels totalement infréquentable. Dans notre cas, les seuls symptômes visibles sont justement le repli sur nous-mêmes, le manque de confiance et de dynamisme. Certes les gens en face ne font pas forcément le lien avec la porno-dépendance, mais ils se rendent bien compte qu'il y a quelque chose qui cloche en nous et cela nous rend tout aussi infréquentable...



Donc désormais, tu sais ce qu’il te reste à faire, réussir à briser ces chaines, et reprendre la vie du bon côté…
Je pense que tu dois absolument couper avec cette dépendance, mais il va sans doute te falloir également travailler sur ton self-estime en parallèle. Faire du sport, adopter une bonne hygiène de vie (sommeil & alimentation), changer de look vestimentaire, faire des massages pour te relaxer et mieux appréhender ton corps… Les gens remarquent vite ces petits changements, et tu verras comme leur regard va également vite changer te concernant (je l’ai expérimenté en 2011 quand j’avais vraiment décidé de reprendre ma vie en main, sans pour autant me rendre compte à l’époque que j’avais un vrai problème avec ma dépendance au porno… C’est dire si cela peut fonctionner sur toi en combinant les deux). C’est ensuite un cercle vertueux qu’il sera de plus en plus facile à entretenir.


Bon courage à toi, et si jamais tu sens le moral faiblir, n’hésite pas à venir par ici.
Revenir en haut
Einsamer Reiter


Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2017
Messages: 9
Masculin

MessagePosté le: Ven 4 Aoû 2017 - 23:26    Sujet du message: Lâchage de lest Répondre en citant
@Knight Merci pour ton soutient sincèrement tout post de ce genre me touche j'ai tellement pas l'habitude Smile
En tout cas oui j'estime avoir fait un grand pas en me lançant et tu n'imagines pas à quel point ça fait du bien de pouvoir se lâcher sans avoir à se préoccuper des tabous de cette société à la con...
Et oui aussi je comprends que ces articles t'aident, moi aussi, je suis vraiment heureux qu'il existe encore des gens bien prêts à s'entraider sur cette terre.


@Winnie Merci beaucoup pour ta réponse et ton accueil Smile
Et oui j'ai 19 ans.
Je me sens déjà moins seul même si ça reste du virtuel. Je suis tout à fait d'accord les filles (et tout le monde en général) ne peuvent pas supporter les gens qui font montre d'une faible confiance en eux, surtout quand ce sont des hommes (peut-être qu'elles estiment que c'est de la "faiblesse"?).
Aussi je suis de l'avis que c'est le porno qui démolit la confiance en soi et pas le manque d'estime de soi en lui-même qui provoque l'addiction.
Je suis heureux que tu ais trouvé une petite amie  Okay Et bon courage à toi aussi dans ta lutte contre ce "cancer" qu'est la porno-dépendance.
Quant à moi en effet je vois ce que tu veux dire par changer de look etc, comme je l'ai écrit après une sorte de dépression j'ai déjà fait ce pas (surtout depuis cette année). C'est des trucs cons parfois... Changer de sous-vêtement et T-shirt/chemise CHAQUE jour, se raser aussi souvent que possible (ou adopter la barbe, je me sens mieux glabre perso), changer de lunettes (pour les classiques rayban plus "sexy" que les lunettes style harry potter) etc... Plus prendre la parole autant que faire se peut sans pour autant parler pour ne rien dire, faire du sport (10km footing depuis quelques mois et ce programme que j'ai commencé en même temps que mon sevrage) et tu as raison tous les gens que je connais me trouvent mieux voire même épanoui  Wink
Ne reste qu'à oser s'assumer avec les filles et les inconnus...
Je vais partir cette nuit en voyage deux semaines sans aucune technologie, j'espère tenir et ne pas trouver un moyen détourné pour resombrer... En tout cas je reposterai à mon retour pour tenir au courant.

Cordialement
   

_________________
On peut perdre un combat, mais celui qui ne se bat pas a déjà perdu.
Revenir en haut
Ultreïa


Hors ligne

Inscrit le: 12 Aoû 2013
Messages: 2 149
Masculin

MessagePosté le: Sam 5 Aoû 2017 - 10:25    Sujet du message: Lâchage de lest Répondre en citant
tu as la possibilité de sortir de cette addiction qui te pourrit la vie
Tu es jeune, donc l'addiction en théorie ne devrait pas être trop ancrée en toi
Bon courage
et à dans 2 semaines donc.
_________________
Tenons bon, et ne reprenons pas les chaînes de notre ancien esclavage
Revenir en haut
Einsamer Reiter


Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2017
Messages: 9
Masculin

MessagePosté le: Lun 21 Aoû 2017 - 23:47    Sujet du message: Lâchage de lest Répondre en citant
Merci de ton message Ultreïa.
Je suis de retour chez moi depuis Samedi... Et là je suis en période de doute et de déprime.
J'ai tenu 19 ou 20 jours mais rien à faire, aussitôt rentré j'ai rallumé l'ordinateur... et j'ai rechuté sur des "forums" qui parlent de naturisme/ nudité etc...
Cela fait trois soirs que ça recommence, je me dit que je ne veux pas mais dès que la nuit tombe et que je me retrouve seul dans ma chambre je deviens comme "possédé" et je retourne lire des "histoires" "érotiques"... j'ai l'impression de sombrer dans la perversion...
J'ai tenté de bloquer les sites avec microsoft mais il bloque aussi les forums sur la pornodépendance.
M'enfin voilà j'espère pouvoir vite me reprendre mais à chaque fois je me trouve des excuses et parfois j'ai l'impression qu'il n'y a aucune échappatoire.
Je suis heureux cependant d'une sorte de victoire car d'une part je n'ai pas tenté de regarder du porno pendant mes vacances (je n'avais pas de technologie mais mon père par exemple avait pris son smartphone) et d'autre part ma cousine était là pendant ces deux semaines et j'ai réussi à me comporter normalement avec elle, même à être seul une heure avec elle à parler sans avoir d'arrière pensées sauf un soir ou j'ai cependant réussi à me contenir (j'ai ressenti cette boule au ventre dont j'ai parlé mais ça s'est arrêté là).
Le problème est que je n'ai aucune personne à qui parler de tout ça dans mon entourage car ma famille est très "tabou", par exemple je n'ai jamais parlé de sexe avec mes parents...
   

_________________
On peut perdre un combat, mais celui qui ne se bat pas a déjà perdu.
Revenir en haut
Ultreïa


Hors ligne

Inscrit le: 12 Aoû 2013
Messages: 2 149
Masculin

MessagePosté le: Mar 22 Aoû 2017 - 11:25    Sujet du message: Lâchage de lest Répondre en citant
Tes 20 jours de sevrage sont une victoire d'étape.
Il te faut continuer en reprenant.
C'est souvent le soir qu'on a des combats forts, et c'est parce qu'on ressent plus durement la solitude... Moi-même, je me bats pour occuper mes soirées autrement... et ce n'est pas facile...
Bon courage
_________________
Tenons bon, et ne reprenons pas les chaînes de notre ancien esclavage
Revenir en haut
Einsamer Reiter


Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2017
Messages: 9
Masculin

MessagePosté le: Mar 22 Aoû 2017 - 22:59    Sujet du message: Lâchage de lest Répondre en citant
J'espère réussir à reprendre mon sevrage ce soir...
Bon courage à toi aussi.

En effet c'est en grande partie cette solitude qui cause les rechutes/ provoque à la base l'addiction parfois... Je souffre aussi de troubles anxieux depuis mes 10 ans et la nuit a toujours été pour moi une appréhension... elle réveille et amplifie mes peurs et addictions car on y est seul face à soi-même.
Le problème du porno c'est que c'est un cercle vicieux, un peu comme la drogue aux jeux vidéos (que j'ai connue aussi, je suis sevré depuis 2 ans)... on en veux toujours plus, on pense y noyer sa solitude et se remonter le moral mais on devient déprimé, irascible quand on a pas sa dose, constamment frustré, du coup les gens nous fuient, on se sent d'autant plus seul et on consomme d'autant plus de "drogue" jusqu'au point où les dommages semblent irréparables...
J'ai du mal à me persuader qu'il y ait "une lumière au bout du tunnel", même si je suis conscient que c'est sans doute une excuse de plus pour continuer, car après tout "à quoi bon"... 

_________________
On peut perdre un combat, mais celui qui ne se bat pas a déjà perdu.
Revenir en haut
k@rl


Hors ligne

Inscrit le: 08 Juin 2015
Messages: 560
Masculin

MessagePosté le: Mer 23 Aoû 2017 - 09:47    Sujet du message: Lâchage de lest Répondre en citant
Salut Einsamer Reiter,

Tu évoques des choses qui me parlent. Anxiété, dépression chronique, solitude... Ce sont des choses que j'ai connu.
J'arrive à me soigner de tout ça. Je n'ai pas le temps de t'en dire plus pour le moment, mais garde espoir, je te confirme qu'il y'a "une lumière au bout du tunnel" :-)
Sois confiant vis à vis de ça. Tu es sur le chemin, c'est le plus important.
_________________
mon carnet
Revenir en haut
Einsamer Reiter


Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2017
Messages: 9
Masculin

MessagePosté le: Mer 23 Aoû 2017 - 10:32    Sujet du message: Lâchage de lest Répondre en citant
Merci de ton post k@rl.
J'espère y arriver un jour aussi... car je me rends compte que le porno est un gros problème pour moi principalement parce qu'il agit comme un parasite en se nourrissant de mes angoisses et de ma solitude.

Et justement bien que la dépression à proprement parler soit du passé (ça date d'il y a deux ans) j'ai gardé une énorme partie du mode de pensée malsain que j'ai développé alors... qui joue sur le fait que "il n'y pas d'espoir, t'es foutu" et du coup en ce moment je me dit dans ma tête des excuses du genre "si ça se trouve tu va rester seul le restant de ta vie, si ça se trouve tu pourrais même mourir/disparaître demain, alors après tout pourquoi arrêter le porno?"...

Mais bon j'ai tenu hier, j'espère être de nouveau en route pour une tentative de sevrage. Ce qui me bloque aussi c'est l'impression d'être constamment "dans le brouillard". J'avais lu que certains "dépendants" ressentaient cela en lien avec le sevrage mais apparemment c'est plutôt lié à mon anxiété. J'avais pensé essayer de me "shooter à la caféine" mais j'ai aussi lu que dans mon cas faut éviter les excitants... raison de plus de se débarrasser du porno en fait.
 

_________________
On peut perdre un combat, mais celui qui ne se bat pas a déjà perdu.
Revenir en haut
k@rl


Hors ligne

Inscrit le: 08 Juin 2015
Messages: 560
Masculin

MessagePosté le: Mer 23 Aoû 2017 - 12:07    Sujet du message: Lâchage de lest Répondre en citant
En effet, l'addiction peut se nourrir de ces angoisses et autres émotions négatives.
D'où l'intérêt de voir le problème comme quelque chose d'un peu plus large qu'une addiction à la pornographie, ce n'est qu'une étiquette et c'est très réducteur.
Les excuses qui te trottent dans la tête, c'est typique du comportement anxieux. J'en ai souffert pendant de nombreuses années, depuis tout petit jusqu'à l'année dernière je dirais (j'ai 33 ans).
Pour la dépression, même si le pique date d'il y'a deux ans, ça peut être chronique, et il y'a des chances que ça soit lié a l'anxiété. C'était mon cas aussi.
Cette impression d'être constamment dans le brouillard, j'ai ressenti ça aussi et c'était fortement lié a l'anxiété. Donc oui, les excitants style caféine, à éviter, y'a rien de mieux pour faire tourner le cerveau dans tout les sens et alimenter l'anxiété.

Je suis allé voir une psy il y'a environ 1 an, ça m'a beaucoup aidé. J'ai appris à gérer l'anxiété et ses ruminations, les émotions négatives... Et tout est allé très vite.
Depuis, plus vraiment d'anxiété, rien d'handicapant en tout cas. Plus de rechute dépressive, juste parfois un coup de mou on va dire, mais je sais que ça passe, j'ai appris à gérer ça.
Je parle de tout ça dans mon carnet mais bon faut faire le tri... Donc si tu as des questions n'hésite pas.
_________________
mon carnet
Revenir en haut
Einsamer Reiter


Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2017
Messages: 9
Masculin

MessagePosté le: Mer 23 Aoû 2017 - 22:44    Sujet du message: Lâchage de lest Répondre en citant
Je me sens moins seul en lisant tes posts :)
Je pense que je suis on va dire "déprimé chronique", le problème c'est que les médecins qui m'ont vu ont en gros été incapables de mettre un mot sur ce dont je souffre, donc même si c'est réducteur je préfère me dire "j'ai ce genre de truc" plutôt que de me dire que je souffre de quelque chose qui n'existe pas...

Et vraisemblablement le truc c'est que tous mes problèmes partent du fait que je ne m'aime pas, voire me hais pour je ne sais quelle raison... Et mes "relations" avec les filles ont toujours été à la fois démolies par ce manque d'estime de moi et en même temps ont en partie causé ce manque... Il y a quelques mois j'ai avoué mes sentiments pour la première fois à une fille que je connaissais depuis 7 ans et ça s'est mal passé, j'ai été maladroit et j'ai mis 2 mois à me relever du coup psychologique qui m'a fait presque devenir alcoolique...

Je me dis qu'à 19 ans ça commence à faire beaucoup... J'aurais aimé juste avoir des potes une copine sortir faire comme les autres sans passer ma vie dans mon coin à ruminer...
J'ai moi aussi été voir un psy pendant ma période dépressive mais il n'a traité que la surface car j'étais trop "coincé" pour parler de mes vrais problèmes, à savoir ma honte de moi, mon addiction au porno, mon manque affectif et ma solitude qui sont tous interdépendants.

Aussi j'ai été éduqué à ne jamais parler de mes problèmes jusqu'à il y a 2 ans quand je souffrais je m'isolais et ne disais rien à personne... et sans doute aussi du fait de mon éducation le sexe a toujours été un tabou, jusqu'à mes 16 ans je me disais que la masturbation était sale et que j'étais immonde de m'y adonner, pourtant ma famille n'est pas religieuse... J'ai en fait une frustration immense à ce niveau là, et cette sensation d'être indésirable vis-à-vis des filles.

Je vais essayer de lire ton carnet cela m'intéresse, j'y glisserai peut être un post si j'ai l'occasion :)

J'ai pléthore de questions et je me dis que j'ai tendance à trop raconter ma vie, pour commencer je me demande si il y a un moyen de faire disparaître les pensées du style "idées suicidaires", "auto-insultes" (genre je me dis "tu es inutile, tu es nul") et aussi comment éviter les comportements compulsifs... Je pense au sexe sans arrêt et quand j'ai un "souvenir" de ce que j'ai vu ou lu à cause du porno j'éprouve un besoin de masturbation irrésistible, sans en avoir le désir ou l'envie...  

_________________
On peut perdre un combat, mais celui qui ne se bat pas a déjà perdu.
Revenir en haut
Ultreïa


Hors ligne

Inscrit le: 12 Aoû 2013
Messages: 2 149
Masculin

MessagePosté le: Jeu 24 Aoû 2017 - 06:37    Sujet du message: Lâchage de lest Répondre en citant
tu as beaucoup de questions, c'est signe que tu vas avancer !
courage, et confiance: tu vas faire un beau chemin !
_________________
Tenons bon, et ne reprenons pas les chaînes de notre ancien esclavage
Revenir en haut
k@rl


Hors ligne

Inscrit le: 08 Juin 2015
Messages: 560
Masculin

MessagePosté le: Jeu 24 Aoû 2017 - 08:35    Sujet du message: Lâchage de lest Répondre en citant
Salut Einsamer,
C'est clair, l'étiquette "porn addict" ça nous arrange, avec ça on se dit qu'on guérit ce truc et tout nos problèmes seront résolus. Savoir reconnaître une dépression ou des troubles anxieux c'est beaucoup moins évident.
Lors d'une petite consultation chez un médecin, il a remarqué des signes de nervosité. En discutant un peu, de ma vie, de mon coté anxieux... Il m'a dit "pourquoi ne pas faire une thérapie ?"
Il m'a fallu un peu de temps, mais j'y suis quand même allé, j'ai eu la chance de trouver un psy qui me convenait très bien, de part son approche et ses méthodes. Pas évident non plus de trouver la bonne personne.
En parallèle, je me suis mis sérieusement à la méditation, car pour soigner l'anxiété, les idées noires... je n'ai pas trouvé mieux. Pour éviter les comportements compulsifs, c'est bien aussi. Mais il n'y a rien de miraculeux, ce sont juste des aides et des outils, LA Solution, n'existe pas, chaque cas est différent.


"Je me dis qu'à 19 ans ça commence à faire beaucoup" C'est plutôt une chance de prendre conscience de tout ça si jeune. Je n'ai commencé à travailler là dessus que vers 30 ans, mais les problèmes étaient là avant.
J'étais comme toi à ton age, je n'avais pas de relation social très developpées et pas de petite amie. C'est venu plus tard.
Si tu veux lire des carnets il y'a aussi celui de Zhoelala, il est plus synthétique et plus court que le mien, il a vite mis des choses en place et je pense qu'il est tiré d'affaire.

Petit à petit tu lâcheras du lest, et tout ira mieux :-)


 
_________________
mon carnet
Revenir en haut
Axl56


Hors ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2017
Messages: 100
Masculin

MessagePosté le: Jeu 24 Aoû 2017 - 09:22    Sujet du message: Lâchage de lest Répondre en citant
Salut!!
Là où je rejoins nos camarades c'est sur ton âge, tu as 19 ans et la vie devant toi! Je trouve formidable ta prise de conscience du problème, ta réflexion sur les tenants et les aboutissants. 
Tu t'inquiète de trop parler, mais c'est ce qui te libère. La honte et les sentiments négatifs sont issus de cette addiction. Certes il peut y avoir d'autres problèmes à régler et dans ces cas là je pense que le psy est une bonne étape.
Pour ce qui est des anxiétés et du manque, perso je fais de petits exercices respiratoires de détente.
Tu te prends en main et c'est extrêmement positif.
Pourquoi ne pas retourner chez le psy qui t'avait aidé pour ta dépression et lâcher du lest là-bas comme tu dis! Tu as déjà fait un grand pas ici, tu peux en faire un là-bas.
Tiens bon, encore une fois tu es jeune et motivé, tu ne peux que réussir sur ce chemin, et la rechute c'est qu'une étape vers la victoire.
Courage !!
_________________
Tant qu'il y a de la vie il y a de l'espoir
Revenir en haut
Einsamer Reiter


Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2017
Messages: 9
Masculin

MessagePosté le: Jeu 24 Aoû 2017 - 23:31    Sujet du message: Lâchage de lest Répondre en citant
Merci à tous les trois pour vos réponses.
En effet j'ai beaucoup (trop parfois) de questions que ce soit concernant mes "troubles" voire la vie en général.
L'air de rien cela fait "déjà" trois jours que je (réessaie de) me re-seuvre(r) :)

Ce qui est fou c'est à quel point l'addiction provoque des symptômes qui se retrouvent chez tous visiblement... J'ai vécu pour la 2e fois ce que j'avais lu dans les articles ici ou ailleurs : ayant débuté cette deuxième tentative de sevrage lundi soir le lendemain j'ai ressenti un besoin fou de me masturber (je l'ai fait deux fois mais sans support et pour le coup ça n'était pas déplaisant) puis mercredi j'étais tellement à penser à mes fantasmes que je l'ai fait trois fois dont une de manière compulsive où j'ai "peiné" à arriver "au bout"... mais aujourd'hui plus rien. Une profonde lassitude et des pensées noires... et malgré quelques "soubresauts d'excitation" pas d'envie compulsive à proprement parler. Donc visiblement visionner où lire du porno fait durer l'excitation dans les 48h et pas juste sur le coup... ce qui explique sans doute pourquoi je pense au sexe vraiment limite tous les quarts d'heures...

Au niveau de l'étiquette j'ai passé les 2 mois précédents ma "mini-dépression" dans un état d'anxiété avancée au point que je ne dormais presque plus et souffrais de nausées vertiges pensées parasites et autres joyeusetés mais personne ne me disait rien les examens médicaux étaient ok (pour le physique) et j'ai été voir une première psy puis même un psychiatre qui n'ont rien su me dire et avec lesquels le courant n'est pas passé... du coup j'étais dans le flou le plus total quand à pourquoi j'étais dans un état pareil au point que j'ai fini par me dire que je devenais fou... du coup placer des mots genre "dépendant au porno" ou "anxieux chronique" c'est plutôt un moyen pour moi de cibler le problème, mais oui je suis conscient que les étiquettes c'est très réducteur, en effet nous ne sommes pas nos symptômes, sinon ce serait plus facile :)

Le psy qui m'a aidé pendant ma "descente aux enfers" m'a aussi appris à faire des exercices de relaxation/ méditation. Je pense que c'est sûr que c'est un bon moyen de faire le vide et de s'apaiser mais par flemme j'ai arrêté quand j'ai commencé à devenir moins déprimé. Je vais essayer de m'y remettre.
Pour les carnets je trouve ça instructif et aussi touchant donc je vais poursuivre mes lectures, je vais aller voir celui de Zhoelala aussi, même si en ce moment je suis assez occupé et j'ai toujours peur de mes parents qui rôdent d'où les horaires tardifs auxquels je poste...

Pour le psy j'aimerais aller le revoir seulement je ne sais si je me sentirais capable une fois face à lui de parler de problèmes liés aux sentiments et au sexe surtout... en tout cas sur 6 mois de rendez-vous toutes les deux-semaines je n'ai jamais osé en parler.
J'espère en tout cas rechuter plus tardivement que la dernière fois dans le cas où je ne tiendrais pas.

Merci pour les encouragements je crois que sans ce forum je me serais laissé recouler... pourtant quand je vais lire des histoires érotiques par exemple mon excitation me fait souffrir (boule au ventre et tremblements dont je parle dans mes autres posts) mais j'en éprouve quand même un besoin impérieux... mais bon c'est sans doute le principe même de l'addiction.
Bon courage à tous également. 

_________________
On peut perdre un combat, mais celui qui ne se bat pas a déjà perdu.
Revenir en haut
k@rl


Hors ligne

Inscrit le: 08 Juin 2015
Messages: 560
Masculin

MessagePosté le: Ven 25 Aoû 2017 - 12:01    Sujet du message: Lâchage de lest Répondre en citant
C'est cool si tu as déjà pratiqué la méditation. C'est un bon outil et tu sais déjà comment aborder la chose.
C'est vrai que c'est pas évident de reprendre, je pense que le meilleur moyen de  s'y remettre est de pratiquer quotidiennement sans se poser de question, sans se demander si ça sert à quelque chose où pas. 10 ou 15 minutes par jour ça suffit largement pour commencer.
Et globalement ça permet de remettre le pied à l'étrier.

Bonne route !
_________________
mon carnet
Revenir en haut
Einsamer Reiter


Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2017
Messages: 9
Masculin

MessagePosté le: Ven 25 Aoû 2017 - 16:59    Sujet du message: Lâchage de lest Répondre en citant
J'espère réessayer la méditation/relaxation ce soir. Je profite que mes parents ne rôdent pas pour poster maintenant entre deux, car j'ai encore fait un faux pas...
Je suis retombé sur mon second compte youtube où j'avais une "collection" de "vidéos sexy"... j'ai supprimé et désactivé mon historique de vidéos, et vider ma playlist de toutes les vidéos sauf deux... Puis j'ai regardé une de ces vidéos une fois, j'ai réussi à me retenir mais j'y suis retourné quatre heures après et j'ai pas pu me retenir cette fois... J'ai l'impression de retomber dans le déni ("après tout tout le monde le fait"... "c'est une fois c'est pas grave"...)...
C'est plus dur que je l'aurais imaginé mais en fait si j'ai tenu 20 jours la dernière fois c'est avant tout parce qu'il y en avait 15 sans ordinateur... Et à part aux toilettes et dans la salle de bain j'étais jamais seul pendant mon voyage. 

_________________
On peut perdre un combat, mais celui qui ne se bat pas a déjà perdu.
Revenir en haut
Axl56


Hors ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2017
Messages: 100
Masculin

MessagePosté le: Ven 25 Aoû 2017 - 20:45    Sujet du message: Lâchage de lest Répondre en citant
Ne te met pas de barrières en pensant que si tu as tenu 20 jours c'est parce que pendant 15 jours tu ne pouvais pas être seul ou ne pas avoir accès à un pc!
si vraiment tu avait voulu craqué tu aurai trouvé un moyen. Alors ne te morfond pas sur cette rechute, va de l'avant et repart sur le bon pied!
Le fait d'avoir virer ce compte youtube et les vidéos prouvent que tu as la volonté!
J'irai même plus loin, avant même de recommencer le sevrage, fait un inventaire de ce qui pourrai te rester comme tentations et vire les!
Tiens bon!!!
_________________
Tant qu'il y a de la vie il y a de l'espoir
Revenir en haut
Axl56


Hors ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2017
Messages: 100
Masculin

MessagePosté le: Ven 25 Aoû 2017 - 21:01    Sujet du message: Lâchage de lest Répondre en citant
Si tu veux t'occuper l'esprit je te conseil de lire le début du carnet de Tiramissu, il se donne une liste de choses à faire, cela pourrait t'inspirer.
_________________
Tant qu'il y a de la vie il y a de l'espoir
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:09    Sujet du message: Lâchage de lest
Revenir en haut
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    www.pornodependance.com Index du Forum // TEMOIGNAGES DE DEPENDANTS ET DEPENDANTES // Témoignages de dépendants Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
alexisBlue v1.2 // Theme Created By: Andrew Charron // Icons in Part By: Travis Carden
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com