Carnet de Wemayknow

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    www.pornodependance.com Index du Forum // TEMOIGNAGES DE DEPENDANTS ET DEPENDANTES // Témoignages de dépendants
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Wemayknow


Hors ligne

Inscrit le: 02 Fév 2017
Messages: 2
Masculin

MessagePosté le: Jeu 2 Fév 2017 - 12:11    Sujet du message: Carnet de Wemayknow Répondre en citant
Bonjour à tous,   
 
Je présente les choses sous forme concise, quasi télégraphique, pour plus de clarté.  
   
 
Il s'agit là d'une confession très intime, bien qu'anonyme, et je vous garantis que quel que soit le sentiment que vous puissiez ressentir pour mes actes, vous n'arriverez pas au dixième du dégoût que je me suis déjà voué. Voici les faits:  
 
*** 


 
 Addict au porno depuis l'âge de 12 ou 13 ans.  
 Scolarisé à distance avec maman à domicile jusqu'à l'âge de 16 ans où j'ai intégré une fac (3 classes d'avance à la base car surdoué).
 
   Parents peu enclins dès cette époque à censurer la sexualité dite "récréative" sous forme de nudité (dixit cartes à jouer montrant des femmes nues, BD érotiques).
 
 Il fallait que l'enfant soit "au courant" pour ne pas être un "vicelard" qui se cache pour voir ou qui met un drap sur la télé quand il y a une scène d'amour dans un film pour faire plaisir à "maman catho" (comme tonton chez mémé coincée qui serait devenu homo à cause de ça).   
 
Je regardais des photos de mannequins en lingerie au boulot de papa avec très peu de réticence ni de l'un, ni de l'autre parent.  
 
 
    Couvertures de mags pornos sur tous les kiosques de Paris finissent par taper dans l'oeil, demande à Papa d'acheter un exemplaire dans le dos de maman, papa accepte. 
   Numéros roses contactés en cachette quand seul à la maison, grillé sur la facture et doit rembourser.  
 
 
Premier porno à 13 ans et premier PMO (porno masturbation orgasme), d'ailleurs premier orgasme tout court.   
 
 Période qui s'ensuit où les PMO vues comme la meilleure des récréations sont effectuées via des magazines achetés, je crois par papa (mauvaise mémoire, mais je ne vois pas qui d'autre aurait pu).   
 Maman trouve les films cachés et les jette, ainsi qu'un livre où je collais des images découpées.  
 
 
 Internet arrive dans ma chambre quand j'avais un peu moins de quinze ans, vu que bac obtenu avant l'âge et fac à distance nécessaire comme j'étais "trop jeune" pour y aller sur place. 
 
   Addiction aux jeux vidéo commence avec les MMORPG qui me prennent beaucoup de temps.  
 
 
  En parallèle, un contrôle parental est installé et je suis arrivé à le désactiver je ne sais comment, je me souviens même d'avoir "fait pression" sur papa pour avoir le mot de passe en cachette.   
 
 
 PMO de plus en plus fréquentes, associées au plaisir de faire quelque chose d'interdit quand maman et papa partent.  
   Vidéos de plus en plus hard et choquantes (ex: zoophilie, bondage, etc).   
 
    Temps passé sur des chats en webcam pour rencontrer des filles sans résultat probant.   
 
 
   Dès 15 ans, fantasmes voyeuristes devant des hommes plus âgés qui se traduisent rapidement par des passages à l'acte sur webcam, sans aucune attirance homosexuelle, l'acte est vu comme transgressif et jouissif à travers l'aspect féminin qu'aurait un corps d'adolescent, transfert narcissique de l'image de la femme désirable prise au porno sur soi-même, entraînant culpabilité puis répétition de l'acte, où l'homme actif est vu comme un être pulsionnel dénué de sentiment, et outil de plaisir malsain.     
 
   Sensation avec le recul d'avoir été à l'époque "traumatisé" par le spectre de la pédophilie, trop largement évoquée par mes parents comme un danger (ne parle pas aux inconnus!), serait-ce lié?    
 
 Par la suite, fantasmes de travestisme, avec sous vêtements féminins, collants, etc. puis passages à l'acte virtuels et rarement réels de façon extrêmement secrète, honteuse, toujours regrettée, puis abandonnée.
 
 
Pornographie toujours surconsommée, exclusivement hétérosexuelle (le porno homosexuel me dégoûtait littéralement), avec hyperfocalisation sur le corps de femme, idole sans cesse renouvelée, perfectionnée au fil des recherches et zappings frénétiques. 
 
 
Nouveau fantasme apparu vers les 18 ans: utilisation de photos de filles nues amateur sur des chats sous un pseudo féminin afin d'observer l'excitation induite sur les interlocuteurs masculins, toujours sélectionnés pour leurs propos les plus brutaux et misogynes.
Fréquentation des prostituées dès l'âge de 18 ans via Internet, surtout escorts, plus rarement filles de rue.  
 
 Utilisation plus tardive des sites de shows en webcam payants où la sensation de contrôler la fille en direct, lui donner des ordres procurait le plaisir recherché.  
 
 
  En 2016, lecture d'articles exposant les conséquences du visionnage de pornographie sur le cerveau, la volonté, l'attention (je souffle d'un déficit de l'attention important), la fatigue, voire le pouvoir de séduction.  
 
  Tentative d'arrêts probante en avril 2016, conclues au bout d'un mois par un flirt et une aventure spontanée avec une jeune fille "normale", qui me plaisait réellement, rencontrée dans une soirée.   
 
 
  Rechutes à la fin de l'été 2016, puis rencontre de mon ex, reprise du sevrage et développements de sentiments amoureux bien présents qui m'ont transformé mentalement et moralement (regain de confiance, réconciliation avec mes valeurs profondes, mon vrai moi).   
 
Prise de conscience de ma haine profonde pour le porno et la vision qu'il véhicule, retour à la spiritualité, désir de respecter la femme à travers un idéal de bonté et d'innocence, volonté de travailler sur sa virilité et affirmation de soi, arrêt de l'autoflagellation.   
 
En décembre 2016, arrêt de mes autres addictions (boire, fumer) car personnalité très addictive dès le départ, et pause d'un mois avec le sexe (ni escort, ni porno, ni masturbation, ni même orgasme).    
 
 Rechute un mois plus tard avec une escort, sans avoir un sentiment de honte trop grand, car rapports très cordiaux et pas sordides, et surtout libido qui montait régulièrement et voulait sortir, sentiment d'avoir pourtant un meilleur contrôle sur elle par la suite, car je n'ai pas replongé dans la PMO le lendemain.   
   Les masturbations seules sont pourtant revenues l'air de rien une semaine plus tard, comme par nécessité de "vidanger" pour avoir les idées plus claires.   
 
 
   Ce week-end de fin janvier, retour de la PMO avec chats virtuels, photos amateurs, puis pornographie et là retour de l'esclavage quotidien avec son lot d'absurdités, notamment le fait de veiller tard le soir sans se soucier du réveil le lendemain, du coup fatigue et honte. 

 
 
 *** 

 
Donc voilà, je suis mortifié par la puissance de ces pulsions que je qualifie personnellement de "sexuellement cannibales", bâties sur la violence, la souillure, la honte, la bestialité, la consommation aveugle de corps, voire de parties de corps. Je me hais quand je fais ça et pourtant la chose me tient littéralement par les c**dès qu'elle se réveille et je cherche le moyen de revenir à mon vrai moi, de prendre des décisions réfléchies, bienveillantes envers moi-même et les autres, constructives, dignes, favorables à un travail sur soi à long terme et non à un shoot frénétique de plaisir coupable à court terme. 

 
Je veux enfin pouvoir aimer, les autres comme moi-même.  

 
Parfois, j'ai tellement de rage contre tout ça que j'imagine me faire exploser dans un studio de tournage X pour expier mes fautes et me venger contre ce système dégueulasse qui s'enrichit en réduisant les gens en esclavage, surfant sur leur curiosité naturelle et leur libido (qui de base peut être saine et finit par se détraquer) et nous transformant en "demi-monstres" schizoïdes. 

 
Mais je pense que c'est un raisonnement désespéré et inutile. 

 
 
 
J'ai foi en moi et je veux oublier tout cela en travaillant sur ma personne, en visant mon idéal, mais c'est dur et souvent l'auto-jugement et la culpabilité, à la suite de ce bilan, m'envahissent, m'ôtant beaucoup de mon estime de moi et me paralysant.   
 
 
Que ça s'arrête. 
 
 

_________________
La volonté a toujours un train de retard sur la conscience.


Dernière édition par Wemayknow le Jeu 2 Fév 2017 - 20:53; édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 2 Fév 2017 - 12:11    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
BIBOPCHANGE


Hors ligne

Inscrit le: 24 Nov 2010
Messages: 1 914
Masculin

MessagePosté le: Jeu 2 Fév 2017 - 15:42    Sujet du message: Carnet de Wemayknow Répondre en citant
Salut Wemayknow, bienvenue à toi, tu trouveras beaucoup de soutien ici, je peux en témoigner, moi je suis tombé dans l'abyme des rapports tarifés à 21 ans à cause de la pression sociale; la honte et la culpabilité m'ont vite rattrapé bien que je pensais pouvoir assumé cela mais cela m'a broyer intérieurement et encore et ça fait 8 ans que je suis tombé làdedans, et 2 ans que j'ai arrêté mais cela m'a bien déservie, au niveau de mes interactions sociale notamment et de mon engagement dans le choix de ma vie professionnelle qui s'est fait par défaut étude de commerce sans aucune implication. Tous cela comme toi couplé à une personnalité addictive, d'abords jeuxvideos, cannabis et beuverie très tôt (15ans) puis porno et escort girls (j'en ai vu bcp et j'en suis devenu accro car le sex ne nous le cachons pas s'est plaisant).

Ton exposition a peut être du jouer, mais ce n'est pas plus mal, moi mes parents sont plutôt ultra-conservateur et ont tjs éludé le sujet de la sexualité à par le fameux "protège toi" rien et ce malaise dans les scène de sex à la télé je m'en souviens bien. J'ai eu aucune exposition au sex et à la sexualité par mes parents et moi contrairement à toi je me dis que cela n'aurait pas fait de mal d'être plus ouverte t honnête sur la chose, au moins on en parlait au mieux c'était donc jamais en fait...jamais d'inquiétude sur le fait que je n'ai pas de copine, mêmes s'il s'en inquiète aujourd'hui maintenant que j'ai 30ans.

L'escalade du contenu tous le monde l'a connu à un moment ou a un autre, fin c'est courant chez les pornodépendant, pour ce qui est de tes cams et voyeurisme c'est un fait, tout ce qui est transgressif est encore plus excitant c'est d'ailleurs ce qui amène à des contenu trash, donc voilà essaie simplement de te pardonner cette tendance passée et va de l'avant, tu n'as tué personne.

Quel âge as tu l'ami? j'imagine que tu as du faire de grandes études de part ton statut de sur-doué?
Tu as eu une copine , ce qui est positif, tu peux te connecté à la gente féminine moi je ne l'ai jamais pu à cause de ma culpabilité du passé.

Le dégoût je connais et j'ai du mal à sortir de cette spirale de négativité sur ma personne mais comme toi je me dis que rien n'est impossible et tu verras ici tous nos frères d'armes ont des parcours divers et différents, je me considère extrême et c'est sans doute le cas vis à vis de mon statut de dépendant mais pas besoin de classer nos situation,  je vois le mien comme très difficile car je ne le vois que par le prisme de la honte et la négativité...ICI personne ne te jugera et tous essaierons de t'aider, j'ai toujours reçu et encore maintenant du soutient quand bien même ma situation n'est pas commune au plus grand nombre ou je ne sais quoi, je reste dépendant comme tous ici sauf que mes pulsions m'ont amené à des actes très regrettable, malgré cela tous le monde reste bienveillant envers moi et je les en remercie.


Tu as déjà tenu un mois c'est pas rien, remet toi en marche, bon début de sevrage l'ami.

   

_________________
"être humain en reconstruction"
Revenir en haut
Wemayknow


Hors ligne

Inscrit le: 02 Fév 2017
Messages: 2
Masculin

MessagePosté le: Jeu 2 Fév 2017 - 20:45    Sujet du message: Carnet de Wemayknow Répondre en citant
Bonjour à toi Bibop, 

 
Mes parents n'étaient justement pas ultraconservateurs, mais un peu trop laxistes parce que leurs parents à eux étaient ultraconservateurs. 
Certes, ma mère a tenté de limiter cette exposition, mais cela n'a pas duré longtemps et mon père a grandement contribué à m'apporter sur un plateau l'objet de mon addiction future. 
 
Je vois que tu as toi aussi une personnalité addictive, et c'est très chiant, car tu as sans cesse l'impression que c'est tout ou rien...  
Par exemple, là j'ai tout arrêté alcool et cigarette (et heureusement je n'ai jamais goûté à d'autres drogues, même le cannabis car ma mère considérait ça comme une drogue dure) et je sais que si je reprends demain, je boirai comme un trou et fumerai comme un pompier.  
Si tu savais comme on se sent bien quand on arrête la compulsion, c'est pour moi comme une pulsion de mort, autodestructrice, carnassière et sans égard ni respect pour rien.   
 
Ce n'est rien qu'un esclavage et quand je parle de personnalité schizoïde, je sais de quoi je parle: ce soir, j'ai craqué dans un paroxysme absolu, un festival de l'horreur, et ai été voir une escort-girl. 
Même si au départ, j'étais tendre, je voyais que la perversité de ma pulsion me conduisait irrémédiablement à la souiller, physiquement et mentalement, en pensées et en actes. Juste après, je l'ai serrée contre moi, j'ai eu honte et me suis demandé si elle avait réellement choisi cela. 
Nous ne sommes pas des monstres au fond, j'en suis persuadé, car notre besoin d'affection est immense, mais nous l'avons comblé par de la sauvagerie "sado-sexuelle", ce qui nous laisse perpétuellement dans un état de vide absolu, et de haine de soi. 
Oui, je suis diplômé en langues et ai une excellente mémoire, des dons dans certains domaines et je m'en veux d'avoir gâché tant de temps à me détruire, moi et l'estime que je me portais. 
 
J'ai 25 ans et j'ai passé la moitié de ma vie dans l'addiction. Je suis profondément triste. 
Toutefois, j'encourage, même si j'ai été d'une lâcheté et d'une faiblesse à vomir ces derniers jours, tous ceux et celles qui me liront à persévérer dans le sevrage car il donne une force et une clairvoyance énorme... 
 
Et oui, j'ai eu une copine, et j'aime tellement ce sentiment d'exclusivité, de spécificité d'un autre dans notre coeur et ce désir de le protéger, si fort, presque pathologique devant toute les démons derrière nous vomissant leurs insanités. 
Je suis torturé par cette idée et j'espère m'en sortir. C'est décidé, demain j'arrête. 
Ah oui, et dernière chose, j'ai remarqué un truc: essayez d'arrêter une journée et de tenir ce cap et vous verrez que dès le lendemain, votre pulsion sera moins forte, parce qu'elle aura jeûné et se sera affaiblie. Alors que si chaque jour, on cède, on en vient même à vaquer à ces comportements plusieurs fois dans la journée comme un vrai malade. 
Et encore une chose: je pense que les effets de la pornographie sur le cerveau sont énormes et contribuent à créer une sorte de "brouillard mental", à réduire le niveau d'attention, d'organisation et de clarté des idées. 
Tenez bon, je vais tenter de faire de même.  
 
  
 
 

_________________
La volonté a toujours un train de retard sur la conscience.
Revenir en haut
Ultreïa


Hors ligne

Inscrit le: 12 Aoû 2013
Messages: 1 352
Masculin

MessagePosté le: Jeu 2 Fév 2017 - 21:58    Sujet du message: Carnet de Wemayknow Répondre en citant
Courage à toi, et bienvenue sur ce forum d'entr'aide.
_________________
Tenons bon, et ne reprenons pas les chaînes de notre ancien esclavage
Revenir en haut
BIBOPCHANGE


Hors ligne

Inscrit le: 24 Nov 2010
Messages: 1 914
Masculin

MessagePosté le: Ven 3 Fév 2017 - 10:37    Sujet du message: Carnet de Wemayknow Répondre en citant
Comme toi moi je suis dans cette spirale de dépendance depuis la majeure partie de ma vie, c'est réellement totalement ancré dans mon être, ce besoin compulsif tous les qqjours d'aller retrouver mon shoot d'adrénaline et dopamine...Je suis assez friand de multiple métaphores, mais la renaissance du phœnix illustre bien ce qui sera peut être notre salut...il faut totalement se réinventer et purger notre âme de ces habitudes et comportements déviants (escorts, cam, porno, esprit pervers/voyeur de luxure). Je pense que c'est possible mais sera ultra douloureux, un peux comme si il fallait muer, que l'on s'arrache littéralement notre peau de dépendant, et souffir le martir de cette séparation et peu à peu avec le temps voir notre nouvel peau d'être plus pure et normal se matérialiser et nous donner la chance de repartir à zéro...pour moi c'est un processus qui prendra plusieurs années et demandera une vigilance à vie...mais j'ai toujours cet espoir.

Oublie ce dérapage d'hier, je t'encourage à ne plus succomber à cela, après si cela ne te peine pas plus que ça, c'est autre chose mais ça à l'air de t'affecter vu ce que dis de toi "même si j'ai été d'une lâcheté et d'une faiblesse à vomir ces derniers jours" , moi je croyais être un bonhomme et assumé mais cela était totalement en opposition avec mes aspirations profondes de la vie, mon code d'honneur personnel que j'ai bafoué voilà pourquoi je suis si auto-négatif avec moi même, et tu sembles avoir le même comportement. si c'est le cas, la prochaine fois essaie d'éviter, de mon point de vue mieux vaut une PMO (porno masturbation orgasme) que d'aller voir une escort.

Je n'avais pas conscience de ce brouillard mental, mais aujourd'hui il obscurcit beaucoup de chose et s'incruste partout, j'ai du mal à retrouver de la clarté donc oui ces comportements prennent bcp plus de place mentalement que l'on pense.


Je te souhaite sincèrement, de te sortir de cette situation au plus vite.
  

_________________
"être humain en reconstruction"
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:42    Sujet du message: Carnet de Wemayknow
Revenir en haut
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    www.pornodependance.com Index du Forum // TEMOIGNAGES DE DEPENDANTS ET DEPENDANTES // Témoignages de dépendants Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
alexisBlue v1.2 // Theme Created By: Andrew Charron // Icons in Part By: Travis Carden
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com