Carnet de Gabrielle

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    www.pornodependance.com Index du Forum // TEMOIGNAGES DE COMPAGNES DE DEPENDANTS // Témoignages de compagnes de dépendants
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gabrielle


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2016
Messages: 133
Féminin

MessagePosté le: Jeu 11 Aoû 2016 - 09:04    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Bonjour,
J'ai déjà écrit plusieurs messages en parcourant le forum et suivi de nombreux carnets. 
A mon tour de tenir le mien pour y voir plus clair. 


Je vais avoir 50 ans, je suis mariée depuis 21 ans, en couple depuis 26 ans, 2 enfants, j'ai découvert la pornodependance de mon mari début Mars en tombant sur des conversations privées Facebook avec un transsexuel. Conversations sexuelles, échange de photos plus ou moins dénudées des 2 côtés et des "je t'aime". Cela faisait 6 mois que cela durait.  


Je l'ai mis dehors, le temps de prendre une décision car il ne semblait mesurer la gravité de la situation. Il m'a d'abord dit qu'il ne savait pas ce que c'était puis que c'était des conneries pour finir par me  dire platement "je m'excuse". En même temps, il a perdu son travail puis en a retrouvé un dans la foulée. Dans cette même période, je cherchais aussi dans notre ville car je travaille à 130 km sur de chez moi, ayant un travail très rare et très spécialisé. Je me suis rendue compte que pendant mes rendez-vous professionnels mon mari conversait avec cette personne....je me suis sentie moche, pas désirable 


Pendant que j'étais seule, j'ai tout retourné, trouvé 4000 fichiers pornographiques gravés sur des disques entre 2004 et 2006 (1/3 transsexuels et 2/3 hétérosexuels) à portée de mains des enfants, plus tout ce que je n'ai pas vu... 
Je lui ai demandé des explications et je me suis rendue compte qu'il mentait tout le temps, de façon automatique.
Pendant ce laps de temps, mon mari revenait à la maison pour s'occuper des enfants pendant les vacances durant lesquelles je travaillais. Il faisait les courses, le ménage, à manger pour que je n'ai rien à faire en rentrant, m'a couverte de cadeaux, ne savait pas comment agir avec moi.
Au bout d'un mois, je lui ai demandé de revenir à la maison. Puis j'ai eu un gros problème de santé en partie dû au stress que j'avais subi.


Mon mari a commencé une psychanalyse mi mars avec un thérapeute qu'il ne connaît pas (il voulait reprendre contact avec la psy qui nous avait suivi en thérapie de couple il y a 14 ans et qui me suit actuellement). 
Il a réussi à admettre qu'il est porno-dépendant lorsque je lui ai montré des extraits de différents sites dédiés à là question. Il l'a ensuite dit à son thérapeute. Il a commencé les conversations en septembre car lors de ma reprise de travail, il s'est senti abandonné et il,est porno-dependqnt depuis 30 ans.
Il a enfin commencé à réaliser que notre vie était calquée sur celle de ses parents : pas de sorties, peu de vacances, pas de petits plaisirs en couple mais uniquement son plaisir égoïste et solitaire. Même lorsque les enfants voulaient s'acheter des bricoles avec leur argent de poche, il critiquait, trouvait que c'était inutile, une perte d'argent mais lui s'octroie ce qui lui plait : Lego techniques, 3 bouteilles de bons whiskys et lorsque j'ai voulu acheter un roman en format de poche, il m'a dit qu'on le chercherait en PDF sur internet qu'on n'allait pas dépenser de l'argent pour ça... 100€ pour lui, 6 € pour moi que je n'ai pas eu tellement j'étais sous le choc, je n'ai pas réagi...


Nous allons maintenant au restaurant de temps à autre, mon mari m'écoute et bouge. Il exprime maintenant ses ressentis. Moi aussi je me réajuste.
Début juillet, j'ai trouvé 11 numéros et noms équivoques... J'ai appelé... Il avait relevé ces noms avant les conversations Facebook sur un site de rencontres. Certaines étaient marquées d'une croix car les photos changeaient régulièrement. Je lui ai demandé de faire une prise de sang pour rechercher les MST.


Lors de notre thérapie de couple il y a 14 ans, mon mari  n'a rien dit de sa dépendance. Mi juin, M a psy m'a dit qu'il ne changera jamais, que je n'aurais jamais de réponses à mes questions, qu'il a un problème de trouble de la personnalité qu'elle avait légèrement perçu à l'époque, qu'il m'aime à sa façon et que je dois sauver ma peau. 
Désespérée, j'ai appelé le thérapeute de mon mari  au risque qu'il m'envoie sur les roses. C'était le répondeur, j'ai laissé deux messages et il m'a rappelée. Il me dit que mon mari change et qu'il m'aime réellement mais qu'il va devoir tout changer en profondeur et que ce qu'il a à déposer n'est pas facile. Puis il s'est avéré que mon mari est aussi dépendant affectif.



J'aime toujours mon mari mais il m'a manqué de respect à plusieurs reprises avec des attitudes équivoques avec d'autres femmes en plus de tout ce que j'ai raconté Ma psy se demande si je ne suis pas juste attachée à lui. J'ai analysé mes sentiments,  ils évoluent, j'aime toujours mon mari mais plus avec cette confiance aveugle, je suis plus distante, en observation, mon sixième sens en alerte constante. je me suis recentrée sur moi-même et offert des vacances comme je le souhaitait puisque mon mari n'en n'a pas cette année. Je me suis accordée plus de temps avec mes amis et je me suis écoutée. 


Je me suis inscrite sur ce forum fin juin pour trouver des réponses et des explications sur cette dépendance car ma psy ne m'en a donné aucune. Puis grâce à un lien  proposé par le site, j'ai contacté une psychologue spécialisée et enfin le CSAPA centre de soins pour les addictions de ma ville. J'ai eu deux rendez-vous avec un psychologue qui a déjà suivi des porno-dependants. J'ai eu des explications et des pistes de réflexions. 


Nous venons de familles spéciales et nous nous somme reconnus dans notre souffrance d'enfance. Ma mère est hystérique, elle nous a toujours dénigrés, comparés négativement. Mon mari a aussi était comparé négativement....


Ma belle famille est toxique. Mon beau-père était porno-dependàt aussi. Abonné à C+ pour les films porno, il fréquentait la maison close du quartier à 1 km de chez lui. Tous les voisins étaient au courant, il a emmené ma belle-sœur dire bonjour aux prostituées, a eu de nombreuses maîtresses et une plus sérieuse qu'il entretenait, j'ai appris tout cela par une cousine de mon mari (auprès de qui mon beau-père se plaignait de ses relations sexuelles pauvres) qui lui n'était toujours pas au courant. Ca lui a été quand même révélé. Il y a des secrets et des non-dits dans la famille, ma belle-mère ne dit pas les mêmes choses à ses 4 enfants, elle fragmente. Elle a voulu régenter notre vie en étant omniprésente, en se permettant d'entrer chez nous avec les clés de secours si nous ne répondions pas au telephone, en allant chercher notre fils chez la nounou sans demander l'avis de personne ni tenir compte de l'arrangement des horaires, rentrant à la maison et m'accusant lors de mon retour de ne pas avoir l'air contente....mon mari ne s'est jamais interposé, j'ai toujours dû remettre ma belle-mère à sa place. Elle trouvait anormal que mon mari fasse les courses de temps à autre, critiquait quand nous sortions. Elle n'a jamais organisé un anniversaire, un Noel, un nouvel an chez eux. Mais lorsqu'elle est invitée, elle critique : c'est trop gras, trop riche, tu ne vas pas boire tout ça....ah l'entrée c'est du surgelé... Il y a eu des problèmes plus graves dont je ne peux parler mais qui ont eu une incidence sur l'évolution de vie de ses petites-filles...


D'après le psy spécialisé, ce vide que mon mari ressent, ces sentiments d'abandon (sentiments dont il est responsable pas vous m'a t il précisé) viennent de son enfance de sa mère castratrice et de son père porno-dépendant...
Je me bats, j'essaie de comprendre sans trop m'inpliquer car ce n'est pas à moi de me battre pour faire sortir mes démons, je l'ai déjà fait. Qu'il est difficile de garder la juste distance et de ne pas se noyer dans ce combat. Qu'il est difficile de réaliser que je n'ai pas été aimée comme je le pensais mais tout cela vous le connaissez déjà. Je veux encore y croire mais ai-je raison ? 
Bonne route à vous.
Gab
_________________
" Qui mieux que vous sait vos besoins ? Apprendre à se connaître est le premier des soins. "
Jean de La Fontaine
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 11 Aoû 2016 - 09:04    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Léa


Hors ligne

Inscrit le: 17 Aoû 2010
Messages: 1 346
Féminin

MessagePosté le: Dim 14 Aoû 2016 - 11:05    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Bonjour Gabrielle,


Tout au long de mon parcours de 4 ans ici, j'ai souvent lu des témoignages très semblables au mien mais le tien vient de me replonger dans mon histoire.


J'ai été la compagne d'un pornodépendant durant 5 ans. Je l'ai aimé jusqu'au bout de moi même. Je me suis apercue de sa dépendance après 8 mois de relation mais j'ai cru que cela se guérissait avec de l'amour et de la volonté. J'ai cru qu'il suffisait qu'il ait admis son mal pour qu'il puisse en guerir.


Comme ton mari, il a entamé une thérapie de type psychanalytique. Il a vraiment lutté à certains moments mais est retombé dedans en me mentant de plus en plus.


La description que tu fais de ton mari lui ressemble. Avarice totale pour moi et ses enfants (heureusement que j'étais indépendante financièrement) mais argent dépensé sans compter pour lui (vêtements, restaurants seul le midi en semaine, bons vins, whisky de prix, outillages inutile....).


Il vivait en total égoisme. Les seuls cadeaux que j'ai reçu étaient des voyages parce que lui en profitait aussi....


Pour mon dernier anniversaire, il m'a fait rêver pendant des semaines en me promettant un cadeau bijou d'exception et un resto. Arrivés là-bas le jour J, il m'a tendu un écrin. Il etait tres amoureux, tout en émotion. J'ai ouvert et je n'ai pas su comment réagir car dedans il y avait une bague en or tellement fine qu'on aurait dit une bague de petite fille. Il a parlé de cette bague pendant des semaines comme si c'était le cadeau du siecle. J'ai du le remercier sans cesse.


J'ai vécu 5 ans dans l'espoir mais en repoussant sans cesse plus loin mes limites. Lorsque je decouvrais qq chose, soit mon cerveau l'enfouissait de façon inconsciente soit je lui trouvais toutes les excuses ou les explications....


Il etait expert en mensonges et dissimulations mais avec plein de maladresses. Je rentrais à 17h du travail, il rentrait soit disant du sien après moi et je retrouvais un verre de bière sale dans l'évier et la moitié du pain mangé à midi ou le courrier du jour déjà ouvert dans les toilettes.


J'avais interdit l'usage des pc en dehors de la piece de vie....il baissait les yeux comme un enfant lorsque je le surprenais à sortir des toilettes avec son PC...j'avais alors droit à "je l'ai pris 5 minutes pour lire mes mails...".


J'ai moi aussi retrouvé des listes de femmes, ici des collègues de son ministère. Il disait alors que oui, il avait fait la liste pour l'aider à ne pas oublier de prendre de temps en temps de leur nouvelles comme il l'avait toujours fait(il avait une cour "de copines"). Ce qui était marrant c'est que toutes ces femmes étaient jeunes et jolies....


J'ai vecu 5 ans de bonheur parce que jamais je n'ai été aussi amoureuse et subjuguée par quelqu'un mais aussi 5 ans d'enfer à tout le temps tout surveiller. J'ai appris à vivre avec la peur au ventre tout le temps et avec la rareté de nos rapports sexuels.


Au bout de 5 ans tout pile, je me suis rendue compte de ce que j'acceptais, de ce que je supportais à mon corps et à mon coeur défendant. Tout le monde était persuadé que nous étions un couple parfait (il etait tres tendre avec moi donc il donnait le change).


Je savais qu'il était atteint de cette maladie mais je l'utilisai pour tout expliquer, tout excuser. Je nous voyais en victime, lui et moi.


Et puis un jour, d'un seul coup j'ai pris du recul (il s'est tres mal comporté au deces de ma mère et je crois que ma colère m'a permis de me detacher de lui et du coup de voir plus clair).


Je l'ai quitté et il n'a rien fait pour me retenir. Il n'avait rien à me dire disait il. Jusqu'au dernier jour il a cru que je ne le ferais pas. Il agissait comme si de rien n'était alors que la maison se vidait de jour en jour.


J'ai moi aussi sonné à sa psy qui m'a dit que visiblement je lui rendais la vie tres dure de par ma depression suite au décès de ma mère. Je n'ai fait aucune depression donc j'ai compris que même elle il l'avait manipulée.


Aujourd'hui, cela fait 18 mois que je l'ai quitté. Il a foutu en l'air son mariage avec la mère de ses enfants après 15 ans puis il a foutu la mienne en l'air aussi pour les mêmes comportements. Maintenant il s'est installé chez une medecin qui est totalement folle de lui.


Je ne l'ai pas quitté pour sa dépendance mais parce que j'ai compris qu'il souffrait aussi d'un trouble de la personnalité profond(qq chose qui s'approche de la psychose blanche). Je suis persuadée que jamais il ne pourra s'en sortir et qu'il mourra dépendant.


Je ne sais que te dire....je pense qu'on ne peut pas les changer et encore moins les guérir. Lui aussi il m'aimait mais cela n'a pas suffit.


Parfois il faut juste sauver sa peau et tourner la page en faisant le deuil  de la verité sur l'amour...


Aujourd'hui j'ai rencontré un home parfaitement sain et je réalise dans quoi j'ai accepté de vivre....


Tu as bien raison de te reprendre en main....c'est une façon de peut être un jour pouvoir voir plus clair...non pas en lui mais en toi...


Je te souhaite tous les courages.
Revenir en haut
Gabrielle


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2016
Messages: 133
Féminin

MessagePosté le: Mar 16 Aoû 2016 - 13:00    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Bonjour Léa et merci de m'avoir répondu.
Ton carnet fait partie d'un des premiers que j'ai lu car il était plein d'espoir. J'ai vu ton amour, les espérances que tu mettais dans ton compagnon et la déception... 
Tu as connu la situation assez rapidement. Dans mon cas, je l'ai découverte au bout de presque 26 ans... Et cela fait 30 ans qu'il est porno-dependant. 
J'ai été assommée bien sûr. Et j'ai effectivement décidé de vivre pour moi. Je pense que je me suis trop impliquée et lui beaucoup moins. 
Du coup, en m'écoutant plus, en me faisant passer en premier, les choses ont l'air de se rééquilibrer. 


Depuis avril, depuis le début de sa psychanalyse, il change tout de même. Après m'avoir couverte de cadeaux luxueux, il a réalisé que ce n'est pas ce que j'attendais. Depuis nous allons au restaurant de façon plus régulière avec ou sans les enfants, là nous revenons d'un week-end de trois jours  à Bruxelles. 
Il fait tout pour que nous ayons des projets communs et je ne l'épargne pas et lui ai dit que son sentiment d'abandon ne venait pas de ma reprise de travail en septembre dernier ( de plus c'est tous les ans la même chose car je suis enseignante) mais de son ressenti intérieur et de son sentiment de vide pour lequel je ne suis absolument pas en cause. 
Quand quelque chose ne me plait pas dans sa façon d'être (se faire remarquer en étant bruyant par ex) je le lui dis et tant pis s'il est vexé. Il a encore des réactions adolescentes qui m'exasperent depuis des années mais je ne disais trop rien, maintenant je me lâche. 


Je pense qu'il a toujours été surprotégé et idéalisé en même temps que rejeté pas sa mère. Personne ne lui faisait de remarques quand il se tenait mal, il a toujours fait en fonction de lui et pas des autres et tout cela en étant sous la coupe de maman... 
Je sais qu'il faut que je comprenne pourquoi nous nous sommes rencontrés mais pas pourquoi j'ai accepté puisque je ne le savais pas. Lorsque que j'ai découvert tout cela, je l'ai mis dehors et ai prononcé le mot divorce. C'est lui qui a décidé de consulter et de bouger mais, d'après son psy TOUT est à modifier. Tout est faux. 
Ma belle-mère a un mode de pensée délirant, jamais de plaisir, jamais de repas de famille, que des critiques et des réflexions désobligeantes... Mon beau-père la trompait à tour de bras... Pas de vie sociale, les menus plaisirs étaient dénigrés. En même temps, mon enfance était équivalente mais je suis d'un tempérament optimiste tandis que mon mari est pessimiste et défaitiste. Son leitmotiv était "la vie n'est pas une partie de plaisir..."  Belle leçon de vie pour nos enfants !!!
Bref j'ai compris que c'est à lui de se bouger, il attendait toujours que je fasse les choses à sa place. Je ne le fais plus. Du coup, il se retrouve au pied du mur. Je suis partie avec nos enfants et je ne lui ai rien prévu pour les repas, il s'est débrouillé. Je repars encore dans quelques jours et ce sera pareil. Il a 46 ans, ce n'est plus un gosse...
Pour le trouble de la personnalité, je me pose beaucoup de questions, serais-tu d'accord pour m'en parler en MP ? Mais comme tu es sortie de ces histoires je comprendrais aussi que tu ne le veuilles pas. 
Je te souhaites tout le bonheur que tu mérites.
Gab
_________________
" Qui mieux que vous sait vos besoins ? Apprendre à se connaître est le premier des soins. "
Jean de La Fontaine
Revenir en haut
Gabrielle


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2016
Messages: 133
Féminin

MessagePosté le: Jeu 18 Aoû 2016 - 15:13    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Je pense à moi, de façon plus égoïste qu'avant et ça fait du bien. 

MAIS je continue à chercher des réponses à mes pourquoi et ce que je lis sur les forums de psychologie ainsi que mes échanges avec le psychologue spécialisé dans les addictions, me font comprendre que, dans le cas de mon mari, c'est une blessure d'enfance très ancienne qui serait à l'origine de son mal-être, de son vide, de son sentiment d'abandon, etc etc etc... 
il a tout projeté sur moi pour ne pas voir la réalité en face en me disant qu'il se sentait abandonné en septembre, que j'étais partie alors que c'est lui qui avait désinvesti notre relation au profit des discussions sexuelles avec le transsexuel et laissé tomber les activités familiales...
J'ai beau comprendre que c'est une défense de son self, je trouve cela INSUPPORTABLE car toute mon enfance et même encore maintenant, j'ai eu les mêmes réactions de la part de ma mère hystérique, tout est de la faute de l'autre...
MAIS il change... il est plus joyeux, plus actif, il organise des week-ends...  et se dit libéré d'un poids mais ne sait pas l'exprimer. 
j'attends, j'observe. et je vais voir comment tout cela va évoluer. 
et je vis pour moi, je fais ce qui me plaît, je partage avec mes enfants, je les ouvre au monde, à la beauté, à l'art. La semaine prochaine, nous partons quelques jours à Paris... La belle vie au lieu d'attendre que monsieur daigne faire attention à moi (ce qu'il fait maintenant mais comme je redouble d'attention envers moi-même, il a du boulot !)
Gab en renaissance ou en chrysalide 
_________________
" Qui mieux que vous sait vos besoins ? Apprendre à se connaître est le premier des soins. "
Jean de La Fontaine
Revenir en haut
Léa


Hors ligne

Inscrit le: 17 Aoû 2010
Messages: 1 346
Féminin

MessagePosté le: Jeu 18 Aoû 2016 - 20:20    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Bonsoir Gabrielle,


Je répondrai à toutes tes questions en MP.
Je te donnerai mon adresse mail, ce sera plus facile car je viens assez peu ici.
Revenir en haut
Léa


Hors ligne

Inscrit le: 17 Aoû 2010
Messages: 1 346
Féminin

MessagePosté le: Jeu 18 Aoû 2016 - 20:27    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Que te dire à propose de ton dernier post?
Je ne sais pas du tout si lui va changer, progresser, guérir..


Mais toi tu es sur la bonne voie...tu romps les liens de co-dépendance.
C'est ce que j'aurais du faire moi aussi au lieu de m'accrocher au combat.
Finalement j'ai entretenu la co-dépendance.


Avec ton changement personnel, tu t'assures au moins une porte de sortie ; soit il guérit et tu auras tout gagné soit tu te détaches de lui avec le temps et tu le quittes parce que ce sera l'évidence...et tu souffriras moins puisque tu te seras détachée....
Revenir en haut
Léa


Hors ligne

Inscrit le: 17 Aoû 2010
Messages: 1 346
Féminin

MessagePosté le: Jeu 18 Aoû 2016 - 20:31    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
J'ai envie de te dire aussi de ne pas trop psychologiser tout.
En cherchant des explications partout, tu ne fais que mettre des excuses sur ses comportements.


Je l'ai fait aussi au point d'avoir l'impression d'en savoir plus que n'importe quel psy sur les caractéristiques psychologiques des addicts (tous souffrent de blessures d'enfance).


Ok ils y des blessures terribles mais lorsqu'on est un homme et que l'on a une famille, il y a un moment où il faut faire des choix même si cela en coute.


Mon compagnon n'a jamais eu le courage ni l'envie de poser ces choix. Comme un con il a cru jusqu'au bout que je ne partirais pas...
Revenir en haut
Gabrielle


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2016
Messages: 133
Féminin

MessagePosté le: Ven 19 Aoû 2016 - 08:46    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Bonjour Léa,

Je sais que je cherche trop à expliquer et certainement trouver des excuses en creusant le côté psychologique, c'est une déformation professionnelle, comme toi, je suis dans le social et j'ai aussi repris des études l'an dernier ce qui a été très compliqué à tenir lorsque j'ai découvert la double face de mon mari et que je suis tombée malade ensuite. 
 
Cela m'a toutefois aidée quand je devais reformuler et tenir tête aux mensonges, au déni, à la mauvaise foi et aux excuses délirantes qui auraient parues sensées vues de l'extérieur. Avoir un côté psychologique est une force dans ces cas là. En même temps, j'ai eu dans ces échanges très éprouvants, la sensation d'être face à un de mes élèves qui est obsédé sexuel à 13 ans.... Ce qui m'a fortement déstabilisée. 
Ce côté psy m'a aussi aidée à ne pas m'écrouler moralement quand ma psy m'a dit qu'il ne changera jamais, qu'il a un trouble de la personnalité (je rappelle qu'elle nous connaît tous les deux) cela dit, j'ai eu un gros problème de santé 1 mois 1/2 après la découverte des conversations FB. C'est cette découverte qui a entraîné mes recherches dans dans le téléphone, l'ordinateur, les DVD.
J'avais eu aussi des accusations de sa part avant lorsque je trouvais des mouchoirs souillés, "c'est de ta faute, tu n'as pas les mêmes envies que moi, il faut bien que je me soulage".
C'est là que je suis très en colère, surtout que les DVD gravés avec les 4000 fichiers porno (j'en ai retrouvé depuis) étaient sur les étagères à côté de l'ordinateur à portée de main des enfants. Comment peut-on être aussi inconscient ? Le fait que la thérapie de couple que nous avons faite à sa demande il y a 14 ans n'a pas servie à grand chose puisqu'il n'a rien dit me remplit aussi d'amertume. Tout mon couple est faussé puisque nous sommes ensemble depuis 26 ans et qu'il est Addict depuis 30 ans !
je suis en colère et je le dis, je le revendique. Même s'il a l'impression que je tourne parfois en rond, tant pis, je lui dis qu'il doit m'écouter car lui a tourné en rond pendant 30 ans avec ces images qui ont tout pollué, j'ai bien le droit de ressasser aussi à mon tour. 
Quand je reviens sur le passé, il,me dit "mais là, je change". Ok mais moi aussi j'ai le droit de revenir en arrière et de ressasser car il oublie un peu vite que si nous en sommes là c'est parce que ses ressentis d'abandon proviennent du passé, son sentiment de vide aussi et qu'il n'a pas été capable de plonger en lui-même pour s'auto-analyser et que c'est beaucoup plus confortable pour l'ego d'accuser les autres, en l'occurrence le conjoint. Il me voit comme le bon objet quand tout va bien et le mauvais objet quand ça ne va pas dans sa tête. Il avait commencé une thérapie mais il parlait de la pluie et du beau temps, quand la psy essayait de lui faire comprendre que notre vie n'était pas normale, pas de plaisirs etc, il trouvait de fausses excuses en disant que tel restaurant ne me plairait pas, que telles choses ne me conviendrait pas, bref le problème venait toujours de moi... A noter qu'il a manipulé la psy pour qu'elle le reçoive alors qu'elle travaillait avec moi, ce qui n'est pas déontologique mais il avait menacé de ne pas se faire suivre si elle le laissait tomber, sans doute déjà ce sentiment d'abandon, elle s'est laissée berner et manipuler


Gab remontée ce matin...
_________________
" Qui mieux que vous sait vos besoins ? Apprendre à se connaître est le premier des soins. "
Jean de La Fontaine
Revenir en haut
Gabrielle


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2016
Messages: 133
Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Aoû 2016 - 13:58    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
De retour de Paris ou j'ai passé 4 jours agréables mais caniculaires avec les enfants. 
Cela m'a fait du bien de leur montrer la capitale et en même temps, j'étais contente de rentrer et vraiment heureuse de voir mon mari venir nous chercher à la gare. Nous avons occupé notre temps chacun de notre côté, moi parce que je suis en vacances, lui au travail et il a géré ses soirées de façon saine.
Il me parle plus qu'avant, semble enfin éprouver des sentiments et ca c'est aussi une victoire.
Nous avons un projet commun, très ancien mais qui est revenu à l'ordre du jour, le premier depuis très longtemps, que nous allons concrétiser d'ici quelques temps. C'est mon mari qui est à l'origine de cette renaissance. J'essaie de faire confiance tout en gardant une certaine distance. En tout cas, il prend des initiatives, des responsabilités. Bon pour le rangement de la maison, il y a encore des détails qui clochent  Laughing mais chaque chose en son temps, pas de précipitation.
J'ai lu chez un dépendant que les compagnes voulaient du changement trop rapidement. Demain est un autre jour.


Voilà, des vacances à mon image, du partage avec les enfants, un peu de bon sens de part et d'autre, beaucoup plus d'écoute et de vrais échanges sans fuite de sa part. 


Il est en train de réaliser qu'il a été élevé dans un monde de paraître, ma mère hystérique est comme ça aussi, elle le serine à longueur de temps :  "il faut être aimable", "il faut faire bonne figure", .... 
Que de ressemblance entre nos deux mères.... L'une dans le paraitre social, physique, intellectuel, très fleur bleue et  empreinte de principes datant d'une autre époque...
L'autre dans un paraître moral et religieux de bienséance qui cache des choses inavouables et qui a tout accepte de son mari en serepliantsjr le petit dernier (mon mari) et qui a voulu régner sur la vie des trois autres en essayant d'imposer sa morale. 


Pyren disait je ne sais plus où qu'il se posait beaucoup de questions quant à la rencontre d'un couple et qu'il y avait certainement des raisons pour que l'on soit en couple avec ce conjoint à ce moment précis... Je me pose aussi des questions, d'ailleurs je lui ai répondu mais il semble qu'il ne vienne plus sur le forum depuis un moment, bien avant mon arrivée toute récente.
En tout cas, j'ai lu son carnet car ses réflexions m'ont interpellées, notamment celle sur la dyssynchronie. J'ai également regardé les liens YouTube qu'il conseillait et les livres dont il parlait.... J'en ai acheté ou emprunté certains. Donc merci à lui pour ce partage. Je lui souhaite bonne route.


Gab en repos pour aujourd'hui 
_________________
" Qui mieux que vous sait vos besoins ? Apprendre à se connaître est le premier des soins. "
Jean de La Fontaine
Revenir en haut
Gabrielle


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2016
Messages: 133
Féminin

MessagePosté le: Lun 29 Aoû 2016 - 10:50    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Bonjour, 
Mon mari change, il est plus détendu, plus souriant.  
Nous avions des amis ce week-end. Les femmes l'ont trouvé presque en retrait. Avant, il racontait des blagues salaces à longueur de soirée, je n'en pouvais plus, j'en avais la nausée. C'était toujours moi, moi, moi et encore moi et toujours cette volonté de se mettre en avant "pour faire rire" et "exister" (enfin c'est ce qu'il pensait à l'époque et jusqu'à il y a peu).   
Maintenant, il écoute les autres au lieu de maintenir l'attention focalisée uniquement sur lui. Du coup, il parait presque effacé par rapport à avant.  

 
Il se sent mieux. Samedi, il m'a dit après sa séance chez son psy avoir comme un poids en moins, comme délivré. il a enfin compris que, comme pour lui l'amour était acquis puisque nous sommes mariés, il ne faisait aucun efforts, à l'image de ses parents qui ne faisaient aucune sortie, pas de restaurant ni de vacances... c'est pas faute de le lui avoir réclamé. 
Nous faisons à nouveau des choses ensemble, ce qu'il ne faisait plus depuis des années puisqu'il préférait la télévision et surtout cette s***** d'ordinateur. Il est de retour dans la réalité, avec nous, sa famille, de vraies personnes et non pas des images et des fantasmes.  
hier nous avons pris ensemble le petit-déjeuner dans le jardin et c'était super !  
j'ai beaucoup d'espoir et la confiance revient petit à petit.  

_________________
" Qui mieux que vous sait vos besoins ? Apprendre à se connaître est le premier des soins. "
Jean de La Fontaine
Revenir en haut
Gabrielle


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2016
Messages: 133
Féminin

MessagePosté le: Mer 7 Sep 2016 - 09:35    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Pas très en forme aujourd'hui, aussi bien moralement que physiquement....
Je me pose toujours beaucoup de questions, peut-être trop....


J'ai déjà expliqué que ma belle-famille est toxique : grand-père avec les mains baladeuses, beaucoup de maîtresses dans sa vie, mon beau-père pareil, des maîtresses dont une établie, racontait ses exploits sexuels a une de ses nièces (il a meme couché avec des voisines) forme de pornodependance avec C+  Et à emmené sa fille dire bonjour aux prostituees !!!
ma belle-mère pas mieux, n'invite jamais sa famille, même pour les fêtes, va chez les autres mais critique tout, a voulu s' imposer dans notre vie...Ma belle-mère a mis 2 ans avant d'accepter que je franchisse la porte de chez elle... Un peu plus âgée que mon mari, plus de diplômes et fille de divorcée, j'avais tout faux pour elle en plus je lui prenais son petit dernier...elle a emmené ses petites filles dans un lieu où elles ont été violentées, sans se poser de questions.... Tout cela je le sais par ma belle-sœur 


En réfléchissant au fait que mon mari change, je me disais que finalement, avant de faire sa psychothérapie, il n'était qu'une coquille vide. C'est en tapant le terme " coquille vide" que j'ai trouvé une description de famille toxique sur internet et cela correspond bien à ma belle-famille. 
C'est pour expliquer dans quel contexte j'évolue depuis 26 ans avec mon mari...L'article parle d'une personne présentant un trouble de la personnalité ,ce qui d'après ma psy est le cas de mon mari.


"La mère d’une telle personnalité est souvent une manipulatrice, mais ce peut être un oncle ou un père difficiles. On s’aperçoit aussi souvent, dans l’histoire familiale, que le grand-père ou la grand-mère étaient identifiés comme des personnalités dures et tyranniques.
S’il est possible que ce caractère présente une dimension transmissible, la personnalité, elle, ne l’est pas. Nul n’est condamné par un quelconque déterminisme à devenir un tyran ou une victime parce qu’il est né dans un milieu délétère. 
Cependant, dès avant notre naissance, nous sommes porteurs de tout un poids de traditions familiales, d’espérance et de projets plus ou moins réalistes ou névrotiques. Si l’éducation que nous recevons ne met pas l’accent sur l’amour, mais uniquement sur la transmission et l’apprentissage de codes, elle ne remplit pas sa mission, mais ne produit qu’une coquille vide où poussent et s’épanouissent la perversion narcissique et les comportements toxiques. Les codes ainsi viciés, transmis de génération en génération, finissent par engendrer des familles entières au narcissisme fracturé, et porteuses de troubles d’identité.


Les personnalités toxiques vivent en couple comme dans une secte. Elles ont leurs propres codes : la réussite, le silence sur soi, l’intolérance à la différence, le racisme, l’exclusion et la protection contre les autres, ceux qui n’appartiennent pas à la bande. Elles possèdent leurs signes de reconnaissance, vêtements, vocabulaire permettant d’élargir le clan à ceux qui correspondent à leur schéma, fonctionnent en autarcie et se recrutent par cooptation sur des critères préétablis.
Ces familles qui donnent l’illusion que leurs membres sont unis entre eux et interdépendants sont en fait soudées par des relations de dépendance et non par l’amour.


Lorsque la future cible arrive avec sa joie de vivre et son désir d’équité et de justice, elle devient un danger car elle détectera les dysfonctionnements. Elle sera identifiée comme bizarre ou caractérielle et deviendra le souffre-douleur de la constellation familiale ainsi codifiée. Il lui sera difficile d’en repérer les mécanismes, car tout se passe par derrière, dans le consensus. La cible sera donc isolée.


Dans de tels clans, les affaires et les secrets de famille ne doivent en aucun cas être dévoilés.
Souvent aussi de telles familles pratiquent le mélange des genres : incestuel, incestueux, incestes, toujours dans le non-dit. Il y règne une atmosphère malsaine, faite de regards équivoques, d’allusions sexuelles et d’attouchements fortuits. Les barrières entre les générations ne sont pas clairement posées. Cette atmosphère est dite « incestuelle », par opposition à « incestueux », qui marque un passage à l’acte concret. Ici, la sexualité se substitue à la tendresse qui fait défaut. Il peut s’agir de papa « peloteur », de parents sans pudeur, de père qui sort avec sa fille, laissant planer le doute sur leur filiation".


Cela m'a troublée, c'est tout à fait exact. Les passages que j'ai recopiés en gras correspondent exactement à ma belle-famille. Je ne pense pas avoir été une cible car j'ai toujours tenu tête à ma belle-mère mais j'ai été détentrice de secrets familiaux que mon marî ignorait.... J'ai parfois peur... Je suis perdue 
Gab


 
_________________
" Qui mieux que vous sait vos besoins ? Apprendre à se connaître est le premier des soins. "
Jean de La Fontaine
Revenir en haut
Gabrielle


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2016
Messages: 133
Féminin

MessagePosté le: Sam 1 Oct 2016 - 06:48    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Bonjour, 
@ Léa, je commence à comprendre ce que tu voulais dire en parlant de psychose blanche à propos de ton compagnon. Je pense enfin sortir de mon déni et je commence à voir les choses en face mais que c'est douloureux !!! Je sais maintenant ce que je ne peux plus accepter mais je ne sais pas encore jusque où je serais capable d'aller ...


En surfant sur des sites de soutien psychologique, j'ai trouvé un article sur les addictions sexuelles.
Cet article est la propriété intellectuelle de Gérard-Yves Cathelin qui est Psychothérapeuthe et addictologue. Voici le lien pour le consulter sur son site.
 
http://cathelin-psychotherapeute.com/2016/06/08/addiction-sexuelle/








" La prévalence a l’addiction sexuelle «pornographique» concerne des sujets masculins dans 80 %  des cas  et est évaluée entre  3 et 6 % de la population.
Cette forme d’addiction montre une dépendance affective a l’autre (partenaire), partenaire qui n’est pas considérée comme autonome par le sujet addict ; ce qui pointe un Moi défaillant.
Cette addiction lutterait contre l’anaclistisme (défaut relationnel  parents‐enfants).
Le sujet addict prend appui sur sa partenaire pour exister, l’addiction pornographique sert ainsi  a maintenir un moi défaillant masqué par des éléments dépressifs et une perte de l’estime de Soi.
On trouve chez les sujets addicts des hommes impulsifs, des obsessionnels.
L’on perçoit souvent des TOC, derrière ces TOC on note de la culpabilité, des sentiments anxieux.
Les caractères associés sont des troubles du comportement alimentaire, une addiction au travail.
 
Les fantasmes qui peuvent être présent chez les sujets addicts à la pornographie  :
  • Recherche  de la souffrance ou humiliation de sa partenaire.
  • Quête de sensations intenses pouvant aller jusqu’au viol de sa partenaire.

 
Le sujet pour guérir :
  • Doit soigner sa dépression, son anxiété,
  • Suivre une thérapie,
  • Améliorer ses relations avec sa partenaire,
  • Améliorer sa propre image de Soi (défaillante),
  • Voir sa relation à son corps, au corps de sa partenaire,
  • Comprendre sa sexualité, la sexualité de sa partenaire,
  • Imaginer, Comprendre que sa partenaire est un être autonome, une femme libre,
  • Ne plus considérer sa sexualité comme primordiale, devant être assouvie a tout prix,
  • Admettre la réciprocité sexuelle, qui ne doit pas être là uniquement pour assouvir ses fantasmes.

 
Cette forme d’addiction est une anomalie du choix de l’objet (partenaire) cette anomalie peut conduire le sujet addict  a provoquer la douleur, de la provocation chez sa partenaire, des remarques envers elles que l’on appelle «  sadisme moral ».
Ce type de comportement est dû à l’échec des intégrations au niveau du développement pré-génital ( 3‐5 ans) .
C’est‐à‐dire que l’adulte  a des conduites fixées dans l’enfance.
Cette fixation infantile régressive lui sert à  lutter contre ses angoisses de séparation et ses tonalités dépressives.
Cela renvoie à l’ambivalence que le sujet a pu avoir dans les premières années de sa vie.
La recherche de l’addiction « pornographique, amène le sujet vers des systèmes primitifs de satisfaction, pour masquer son échec relationnel dans le monde adulte.
Le mécanisme essentiel est que sa partenaire doit être toujours là pour satisfaire ses désirs, il y a chez ces sujets une destruction du système Moi‐ Réalité, on  trouve chez ces hommes des caractères «  ombrageux », « susceptibles », « idéalistes », ils sont gouvernés par un « Sur Moi » inflexible.
Un comportement dit « jaloux » est à relier avec une structure psychique de type : homosexualité latente, haine du partenaire féminin (haine de la mère), fixation à l’Œdipe non dépassée.
La partenaire chez ces personnes ne peut avoir de bonheurs, ni exister sans lui, bien souvent lorsque la partenaire montre qu’elle est une femme libre et autonome, chez l’homme, il va y avoir des phases de rancunes, des réactions agressives.
Quand ces hommes disent « je t’aime», il faut entendre « Je ne t’aime pas, je te hais car tu n’es pas dépendante de moi, et tu n’assouvis pas tous mes désirs ».
Ce qui pointe une aliénation de la personne dans sa pensée, et qui falsifie les relations de son Moi face au Monde." 
Citation:
Gérard-Yves Cathelin
Psychanalyste, addictologue et psychothérapeute à Château Thierry (02) et La Ferté-sous-Jouarre (77)




_________________
" Qui mieux que vous sait vos besoins ? Apprendre à se connaître est le premier des soins. "
Jean de La Fontaine
Revenir en haut
Gabrielle


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2016
Messages: 133
Féminin

MessagePosté le: Lun 3 Oct 2016 - 22:10    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Il change, continue sa thérapie mais ce week-end gros clash. 
Je lui ai demandé une énième explication à mes "pourquoi" pour ces souffrances, ces humiliations morales et sexuelles. Pourquoi avoir été humiliée par mon propre mari devant d'autres femmes dont une qui m'a enguirlandée parce que je faisais une drôle de tête alors qu'elle appelait mon conjoint "mon chéri". Il n'a rien dit et de fait, a été complice. 
En plus de me répondre "je ne sais pas", ce week-end ça a été "parce que c'était comme ça" 
Il se prend pour Dieu, il est dans la toute puissance!!! Il avait décidé que ce serait comme ça et je devais subir et ne pas demander de compte ! C'est un déni de mes ressentis et surtout une non réponse, une façon de refuser le dialogue. 
Je lui ai dit que sans explication, je demandais le divorce. 


Je sais ce que je veux mais surtout CE QUE JE NE VEUX PLUS.


Je l'ai aimé plus que moi, ça a été ma pire erreur. Je me suis reconstruite, ecoutée, j'ai ralenti mon rythme de vie et je me suis respectée, sur-respectée puisque lui ne l'a jamais fait et JE PASSE À L'ATTAQUE. PLUS JAMAIS. 
Résultat il est resté 1h30 chez son thérapeute et j'ai des réponses au bout de 7 mois.


Je lui ai fait lire le texte sur les addictions sexuelles que j'ai mis plus haut....
C'est fini, la personne que j'aime le plus c'est MOI, les enfants au même plan mais plus mon mari, il passe après. 
J'ai lu un ancien carnet, celui de Sofia, intitulé "ce poison" elle résume très bien la colère des femmes et la mienne actuellement. Il a fini de rire, je n'ai plus aucun sens de l'humour. Aujourd'hui, il m'a envoyé un texto pour me "remercier" pour le rhume.... il m'accuse de lui avoir refilé mon rhume, ça ne m'a pas fait rire du tout. Je lui ai fait remarquer que je n'étais pas responsable et qu'il n'a pas à m'accuser même sous un air de plaisanterie, il m'a trop renvoyé ce qu'il faisait comme si j'étais responsable de tout, sa consommation de porno, son manque d'érection, sa masturbation, le fait qu'il ait abandonné notre relation pour une relation virtuelle de 6 mois avec un transsexuel, le sentiment d'abandon alors que je reprenais mon travail après mes vacances. 
JE NE SUIS PAS SA POUBELLE !!! S'il a des problèmes avec sa mère, au lieu de la surprotéger comme il l'a fait même en traitant notre fille de menteuse et moi en me disant que je lui faisais peur parce que je voulais la vérité... des mensonges UN MENTEUR PROFESSIONNEL... ÇA N'ARRIVERA PLUS JAMAIS.
Même lorsque l'on s'est connu, il a prétendu à sa mère que c'était moi qui fumait alors que c'était lui, tout pour être un bon petit toutou aux yeux de Maman....
non cela n'arrivera plus jamais. 
Gab
_________________
" Qui mieux que vous sait vos besoins ? Apprendre à se connaître est le premier des soins. "
Jean de La Fontaine
Revenir en haut
Ninie


Hors ligne

Inscrit le: 29 Sep 2016
Messages: 23
Féminin

MessagePosté le: Lun 3 Oct 2016 - 22:44    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Bonjour Gabrielle,

J'ai lu ton témoignage, je suis, comme beaucoup de compagnes et compagnons de dépendants, très touchée par ce que tu dis, en particulier par toute cette colère...
J'ai l'impression que nous sommes souvent démunies, impuissantes et perdues face à cette addiction, qui de plus nous touche souvent au plus profond de notre être...
Je vois que tu as décidé d'être franche et de ne plus le ménager, est ce que tu trouve qu'il y a une différence dans son comportement suite à ce revirement de situation? Je te pose la question car pour le moment, même si il m'est arrivé de péter des câbles, j'essaye de jouer la carte de la compréhension et de la communication, mais je n'ai pas l'impression que ça résonne vraiment dans l'esprit de mon compagnon...
Merci d'avance et courage à toi!
Revenir en haut
Gabrielle


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2016
Messages: 133
Féminin

MessagePosté le: Mar 4 Oct 2016 - 05:50    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Bonjour Ninie,
Depuis que je me suis retrouvée, depuis que je me suis reprise en considération, je vais mieux. Ce n'est pas facile tous les jours mais je ne me laisse plus faire. Je lui parle de ma souffrance et lorsqu'Il me dit mais là je change je lui réponds que j'ai le droit de dire ma souffrance et ma colère car si lui travaille sur son changement et l'avenir mais aussi le passé, moi j'ai réalisé tout ce que j'ai supporté depuis ces 26 ans et c'est ÉNORME. Et moi, je ne dois pas changer mon mode de fonctionnement car ma façon d'aimer, de réagir sont plus dans la norme que lui.
Il a mis 7 mois pour ne plus être dans le déni et mensonges sur mensonges. J'ai du le mettre à la porte après ma découverte pour me protéger et qu'il réagisse et SURTOUT j'ai prévenu ses amis pour qu'il n'arrange pas les choses à sa façon comme d'habitude. 
Résultat : apres le clash de samedi, j'ai des réponses et des explications à mes pourquoi m'as-tu fait tout cela ? Il a tout repris avec son psy point par point pour reussir à m'écrire une lettre ou il m'explique pourquoi. Tout ce qu'il me dit, je l'ai compris depuis longtemps. Lui a du mal ou ne veut pas plonger au fond de lui-même pour ne pas voir sa vérité, etre dans le déni, protéger son faux self...
Je lui ai dit hier que s'il change effectivement grâce à son thérapeute qui lui dit les mêmes choses que moi, mais c'est un homme et un para médical donc lui il le croit, moi aussi j'ai changé.
Bon courage à toi et n'oublie pas que la personne la plus importante de ta vie c'est toi.
Gab
_________________
" Qui mieux que vous sait vos besoins ? Apprendre à se connaître est le premier des soins. "
Jean de La Fontaine
Revenir en haut
Ninie


Hors ligne

Inscrit le: 29 Sep 2016
Messages: 23
Féminin

MessagePosté le: Mar 4 Oct 2016 - 13:05    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Merci de ta réponse Gabrielle!
Oui je sais que tu as raison, et encore plus que d'être la personne la plus importante de notre propre vie, nous sommes aussi la seule personne sur laquelle nous avons un champ d'action!
Nous ne pouvons réellement contrôler nos compagnons, par contre nous pouvons nous occuper de nous même, et je pense agir un peu plus comme toi maintenant, j'ai suffisamment pris sur moi, j'ai essayé tout ce que j'ai pu en tentant de le préserver le plus possible, maintenant c'est terminé (enfin j'espère, étant très diplomate de nature, c'est parfois difficile d'aller contre sa nature, mais heureusement j'ai les crises d'hystéries pour équilibrer la balance hahaha ^^).
En tout cas merci beaucoup pour ton retour Wink
Revenir en haut
Gabrielle


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2016
Messages: 133
Féminin

MessagePosté le: Mer 5 Oct 2016 - 07:45    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
@Ninie, moi aussi j'ai eu deux trois crises de type "hystérie" : trop de souffrance, trop de déni en face et de manque d'empathie, trop de justifications aberrantes de type gamin de 5 ans "j'ai dit ça comme ça".... 


Quand on essaie de tenir bon pour les enfants et qu'en face il y a un homme de 46 ans qui se conduit de manière plus aberrante que ses propres enfants, Il y a de quoi pêter un câble ! Et en plus, ça ne soulage même pas ! 
Ce que je ne t'ai pas précisé, c'est qu'il ne regarde plus de porno ni de masturbation depuis ces 7 mois. 
Maintenant, le problème est ailleurs : modifier son mode de fonctionnement erroné (c'est son psy lui-même qui le dit) et chercher le pourquoi, ce qui est finalement le plus gros problème après l'arrêt de la pornographie. La chance que j'ai c'est que le fait de l'avoir mis à la porte pendant un certain temps a été bénéfique et a du faire un gros choc psychologique. Il ne s'attendait pas du tout à cette réaction et pensait que j'allais pardonner comme d'habitude....


Parce que je l'ai poussé dans ses retranchements samedi, à cause sa réponse toute puissante "parce que c'était comme ça", avec l'aide de son thérapeute il a enfin plongé en lui-même réellement. 
Le thérapeute de mon mari, (je rappelle que je l'avais contacté mi-juin) a proposé de nous voir à deux pour discuter. Nous y allons vendredi.... je suis assez curieuse de le rencontrer car il fait un travail remarquable que la psy précédente n'a pas réussi, peut-être parce que c'était un homme qui convenait le mieux à mon mari et surtout qu'il était toujours dans le déni et dans la protection de son image. 


Toujours ce paraître à tout prix. D'ailleurs quand j'ai abordé ce week-end le fait que mon mari n'ai pas parlé ni à son psychanalyste ni à son sexologue des situations intimes lors desquelles il m'a humiliée, la première réaction a été "tu en as parlé à Madame ****** ? " il a eu le culot de me dire que ça n'a pas de rapport avec sa thérapie ! Toujours cette image, il me dit qu'il a honte puis 2 minutes après qu'il a oublié d'en parler. Encore deux versions différentes....
 voilà pourquoi je lui ai dit que s'il ne m'apportait pas de réponse, je partais définitivement parce que je ne supporte plus rien, ni ses changements de versions soudain, ni ses excuses à la noix, ni ses réactions de gamin. 


En même temps , je me demande ce que veut le psychanalyste mais je sais aussi ce que moi je ne veux plus donc je suis sereine car claire avec moi-même. Je n'ai pas non plus d'image à protéger, je ne me cache pas derrière des masques comme a pu le faire mon mari, j'ai toujours été authentique.
_________________
" Qui mieux que vous sait vos besoins ? Apprendre à se connaître est le premier des soins. "
Jean de La Fontaine
Revenir en haut
Gabrielle


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2016
Messages: 133
Féminin

MessagePosté le: Dim 16 Oct 2016 - 21:06    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Le rendez-vous avec mon mari et son thérapeute s'est bien passé. 
J'ai pu dire mon dégoût, ma souffrance , ma colère et le fait que je sois perdue.
Le thérapeute a dit que mon mari ne pouvait pas réagir avant car il était sous l'emprise de sa mère et je ne m'attendais absolument pas à ça ! 
Donc, c'est bien ce que je supposais, ma belle-mère est perverse narcissique. 
Maintenant ma difficulté est de savoir si, mon mari aussi comme le pense ma psy (bien qu'elle n'ait pas posé de diagnostic, elle a dit qu'il avait un trouble de la personnalité, que je n'aurais jamais mes réponses, que je devais sauver ma peau, et lors de notre dernière entrevue, elle a dit que tout les PN étaient manipulateurs) ou s'il en a juste des traits car il a été élevé ainsi. 


Ce qui est sûr, c'est qu'il change et que je le constate jour après jour, c'est comme s'il devenait adulte enfin.... 
ce qui est sûr aussi est qu'il aurait dû être mon meilleur ami et qu'il s'est révélé être mon pire ennemi plusieurs fois et ça, la souffrance ressentie et l'incompréhension sont difficiles à dépasser... je reste tétanisée sur ce ressenti et le fait qu'il n'ait pas compris durant 26 énormes années...
Je n'arrive plus à avancer, comme si j'avais brûlé mon énergie.


Ce qui me chiffonne aussi est que je ne pense pas avoir été sous emprise, alors qu'un PN met son entourage sous emprise.
Si j'avais été sous emprise, je n'aurais pas pu réagir à chaque mauvais comportement ou chaque manque de respect qu'il a eu à mon égard. Je ne l'aurais pas mis à la porte... 
je réfléchis trop, j'ai mal à la tête.


Ce qui me fait plaisir est que le thérapeute de mon mari lui a dit que je suis quelqu'un de bien car j'écoute ce qui m'est dit et je réfléchis. Je n'en peux plus de réfléchir, j'envoie mon chat qui dort et se chauffe au soleil ou sur les radiateurs... j'aimerais être insouciante comme lui ! 
_________________
" Qui mieux que vous sait vos besoins ? Apprendre à se connaître est le premier des soins. "
Jean de La Fontaine
Revenir en haut
Gabrielle


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2016
Messages: 133
Féminin

MessagePosté le: Mer 19 Oct 2016 - 08:23    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Je continue à prendre soi de moi. 
Après avoir arrêté ma reprise d'études instrumentales à cause de mes problèmes de santé actuels qui me font faire beaucoup d'examens au CHU  et ne sont pas compatibles avec les heures de travail exigé, je me remets au tricot pour moi. J'ai commandé de la laine et je vais me faire un pull irlandais. Le tricot M.apaise et c'est gratifiant de voir le résultat.


Côté couple, une super promenade dimanche et beaucoup de discussions tendues. Mon mari reparle de thérapie de couple car la notre a été faussée il y a 13 ans car il n'avait pas dit qui il était. Je ne sais pas, pour l'instant ça ne me tente pas car ce n'est pas moi qui ai des problèmes à régler. De plus, je n'ai pas triché ni menti.  et je me demande toujours s'il n'est pas comme sa mère... pourtant il change tous les  jours, il est enfin dans la vraie vie,




J'ai lu "La dépendance amoureuse : quand le sexe et l'amour deviennent des drogues" de François Xavier Poudat aux éditions Odile Jacob, livre très instructif lorsque son compagnon est ou a été pornodépendant.
Il y a un chapitre dans lequel il est dit que lorsque la conjointe découvre la pornodependance de son mari, le couple casse dans tous les cas.... il est dit aussi que la pornodependance n'est qu'une bouée de sauvetage pour survivre, bref tout ce que je sais déjà, mais cela ne répond pas à ma question principale : est-il manipulateur ? 
Je suis en vacances pour quelque temps, je vais me reposer, me promener et tricoter.
_________________
" Qui mieux que vous sait vos besoins ? Apprendre à se connaître est le premier des soins. "
Jean de La Fontaine
Revenir en haut
Gabrielle


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2016
Messages: 133
Féminin

MessagePosté le: Mer 19 Oct 2016 - 08:30    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Encore une précision : il y a presque 15 jours, Lors du rendez-vous avec son psy, je me suis rendue compte que mon mari a effectivement rapporté beaucoup de choses, son psychanalyste dit que je suis au centre de leurs conversations et qu'il se rend compte du mal qu'il a fait à notre famille.
Ce journal m'aide à relire, réfléchir et ne pas oublier. Il ne peut pas être lu par ma famille et c'est bien de se décharger 
_________________
" Qui mieux que vous sait vos besoins ? Apprendre à se connaître est le premier des soins. "
Jean de La Fontaine
Revenir en haut
Léa


Hors ligne

Inscrit le: 17 Aoû 2010
Messages: 1 346
Féminin

MessagePosté le: Mer 19 Oct 2016 - 20:21    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Bonsoir Gabrielle,


Je sors de ma première séance de psychotherapie..
Tu vois presque 2 ans après la rupture et 7 ans après notre rencontre, je dois me résoudre à me faire aider.


Je ne dirai pas que je n'arrive pas à tourner la page mais ces années d'amour avec un homme malade ont laissé trop de douleurs en moi et m'ont traumatisée.


Je me suis rendue à cette séance décidée à retracer l'ensemble de ma vie mais tres vite, la psychologue a acroché avec la partie de mon récit concernant ces 5 ans. L'entierté de la séance y est passée et j'ai pu m'apercevoir à quel point j'étais encore écorchée.


Je rentre chez moi et je tombe sur tes 3 derniers messages...
Tu fais exactement comme moi, tu intellectualises tout. Tu tentes de mettre un diagnostic sur tout comme si cela pouvait te sauver ou te procurer une solution.


Est il manipulateur? Est il un pervers narcissique? Sa mère l'est elle ausi?
Tu n'auras jamais les réponses...
La therapeute a souligné cela avec moi...
Pour arrêter de me dire que je dois cesser de tenter de comprendre, il faut que je revive les choses mais à partir de moi et de mon ressenti.


Je me dis que tu devrais peut être faire de même. Arrêtons de nous mettre à leur place, de penser à ce qu'ils ressentent.
Accordons nous de regarder en nous seuelement.
Qu'est ce qui s'est passé en moi à chaque épisode de ce cauchemar????


Je vais entamer ce travail en esperant qu'il exorcisera mon traumatisme. Je pourrai ainsi enfin acceder au reste de ma vie...


Qu'en penses tu Gabrielle?
Revenir en haut
Gabrielle


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2016
Messages: 133
Féminin

MessagePosté le: Jeu 20 Oct 2016 - 13:50    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Bonjour Léa et merci de ta réponse et de suivre mon carnet.


Tu as raison, l'important c'est de se recentrer sur ses ressentis au moment où l'on a découvert des choses anormales.
C'est bien que tu fasses ce travail sur toi, c'est important d'autant que tu as quelqu'un qui a l'air d'être super dans ta vie. 
Tu as de l'avance sur moi, plus de recul car tu n'es plus en relation avec celui qui était pornodépendant. Moi j'ai 26 ans de relation et pour le moment, un mari qui effectivement change, devient adulte, ouvre les yeux sur la réalité et la vie MAIS il y a ce doute, ce manque de confiance en lui, cette balafre dans mon cœur et le fait que je ne sais pas qui il est en réalité. Je déteste les menteurs et j'ai vécu avec un champion en mensonges. Et il y a les enfants que j'ai protégés, défendus contre leur père et leurs grand-mères qui étaient dysfonctionnants.... leur père s'est excusé auprès d'eux et maintenant il ne crie plus, Il les écoute et a l'air de les comprendre et de se rendre compte enfin que les enfants ne sont pas des adultes miniatures, même si notre grand va avoir 18 ans dans quelques semaines. 


J'ai déjà travaillé sur ces ressentis, en tout cas une grande partie, lorsque nous avons fait une thérapie de couple il y a 13 ou 14 ans ; mais je me rends compte maintenant que même si j'en ai parlé, je n'ai rien digéré car c'était trop violent. De plus, mon mari savait qu'il avait cette addiction et comme nous avons une thérapie à sa demande et qu'il nà rien dit,  je suis d'autant plus en colère. Je ne sais pas si je suis plus en colère contre lui ou contre moi de n'avoir rien vu venir.
En fait je me retrouve mais j'ai l'impression d'être un volcan en éruption et quand quelque chose ne me plait pas, ça sort tout seul, de façon presque automatique comme si je n'arrivais pas à contrôler ma parole et ma spontanéité. Au moins, ça ne me reste pas sur le cœur et je ne rumine pas.


J'ai du mal à ne pas comprendre, j'ai besoin de cela pour avancer. Cela provient probablement de mon enfance, c'est ainsi et je ne peux pas changer. Pour le reste, je sais que j'ai tendance à avoir trop d'empathie mais là encore c'est ma nature et aussi mon travail qui veut cela, je sais que je dois travailler de ce côté.


Moi aussi j'avais Rdv avec ma psy hier. Je lui ai dit pour ce que le psychanalyste de mon mari m'a dit : "Il ne pouvait pas réagir car il était sous l'emprise de sa mère". Elle n'a fait aucun commentaire à part me demander si cela m'avait apaisée. Elle me laisse entendre qu'il est PN mais ne fait aucun commentaire sur ce que je lui dit à part, oui, mon ressenti. Je ne suis pas apaisée, je suis déroutée. D'autant que ma psy a aussi fait des erreurs déontologiques et je me pose des questions... 
D'un côté, Il y a ce qu'elle me fait comprendre, de l'autre mon mari qui me montre qu'il change, mes problèmes de santé... 


je me suis souvent mise de côté, pour mes enfants, pour mon mari.. là encore cela vient de mon enfance, cette mise de côté a été effective et réelle pour des tas de raisons qui n viennent pas de moi, je n'ai pas eu mon mot à dire.


en tout cas, j'aime ta façon d'aborder les choses. 
Je te souhaite de trouver la force d'aller puiser dans tes ressentis et j'espère trouver la mienne aussi. 
Il faut effectivement réussir à se libérer de ses cauchemars mais quand cela concerne les sentiments, c'est difficile. C'est déjà compliqué dans des relations normales mais dans ces cas de figure, c'est un vrai noeud de vipère.
Bonne route à toi et bonne chance pour tes études.
Gabrielle 
_________________
" Qui mieux que vous sait vos besoins ? Apprendre à se connaître est le premier des soins. "
Jean de La Fontaine
Revenir en haut
Gabrielle


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2016
Messages: 133
Féminin

MessagePosté le: Dim 6 Nov 2016 - 19:45    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Le changement amorcé par mon mari avance toujours.
Il est souriant, parle, participe à la maison, fait parfois à manger... bref il semble enfin etre dans la réalité.
Dans sa thérapie, Il a réalisé que sa mère était toxique....
Je me sens plus détendue. Il a décidé de changer. Je vais profiter de ce moment que j'ai tellement attendu et voir comment cela avance.
Ce qui est sur c'est que maintenant, nous avons une vie normale avec des moments partagés et non plus des vies parallèles 
Les ressentis de ce que j'ai vécu, je les connais. Je ne vais pas jeter l'éponge maintenant que les choses bougent et rester bloquée sur ces moments douloureux. Il faut que j'arrive à avancer 
_________________
" Qui mieux que vous sait vos besoins ? Apprendre à se connaître est le premier des soins. "
Jean de La Fontaine
Revenir en haut
Charles!


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2016
Messages: 68
Masculin

MessagePosté le: Mar 8 Nov 2016 - 13:47    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Bon courage Gabrielle !


Par contre, je pense sincèrement que tout Homme peut changer quand il se rend compte de son problème... 
_________________
Mon blog : [ http://jesuisdependant.overblog.com ]
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gabrielle


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2016
Messages: 133
Féminin

MessagePosté le: Mer 9 Nov 2016 - 10:21    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Merci Charles. tout homme peut changer lorsqu'il se rend compte et accepte de se regarder et ne plus être dans le déni.
Gab
_________________
" Qui mieux que vous sait vos besoins ? Apprendre à se connaître est le premier des soins. "
Jean de La Fontaine
Revenir en haut
Charles!


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2016
Messages: 68
Masculin

MessagePosté le: Mer 9 Nov 2016 - 15:48    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Gabrielle a écrit:
tout homme peut changer lorsqu'il se rend compte et accepte de se regarder et ne plus être dans le déni.


Okay Okay Okay
_________________
Mon blog : [ http://jesuisdependant.overblog.com ]
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gabrielle


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2016
Messages: 133
Féminin

MessagePosté le: Jeu 17 Nov 2016 - 06:47    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Le week-end du 11 novembre a été super ! 
Nous avons concrétise un projet ancien et en avons profité et en profiterons régulièrement.
J'avance toujours avec des hauts et des bas en fonction de mon moral mais j'avance.
_________________
" Qui mieux que vous sait vos besoins ? Apprendre à se connaître est le premier des soins. "
Jean de La Fontaine
Revenir en haut
Gabrielle


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2016
Messages: 133
Féminin

MessagePosté le: Mer 3 Mai 2017 - 11:03    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Voici presque un an que je ne suis pas venue.
Mon couple avance.
Mon mari continue sa thérapie et en creusant a mis à jour que nos problèmes, y compris celui de sa pornodependance, viennent de l'emprise maternelle qu'il subit depuis son enfance...
J'ai accepté une thérapie en couple pour avancer. 
_________________
" Qui mieux que vous sait vos besoins ? Apprendre à se connaître est le premier des soins. "
Jean de La Fontaine


Dernière édition par Gabrielle le Mer 3 Mai 2017 - 14:39; édité 1 fois
Revenir en haut
Gabrielle


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2016
Messages: 133
Féminin

MessagePosté le: Mer 3 Mai 2017 - 12:20    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Les addictions quelles qu'elles soient se mettent en place pour combler une faille narcissique et empêcher de souffrir par de l'agir plutôt que d'élaborer. 
_________________
" Qui mieux que vous sait vos besoins ? Apprendre à se connaître est le premier des soins. "
Jean de La Fontaine
Revenir en haut
Gabrielle


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2016
Messages: 133
Féminin

MessagePosté le: Mer 3 Mai 2017 - 17:25    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
il n'est plus dépendant au sexe mais joue beaucoup sur tablette... 
_________________
" Qui mieux que vous sait vos besoins ? Apprendre à se connaître est le premier des soins. "
Jean de La Fontaine
Revenir en haut
maelle76


Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2012
Messages: 234
Féminin

MessagePosté le: Lun 29 Mai 2017 - 18:01    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Chere Gabrielle... je viens de lire votre carnet. Merci de partager votre vécu et vos réflexions, merci encore pour les liens et/ou les titres d'ouvrages proposes. Je vais sûrement les consulter. Je vais continuer à vous lire.
_________________
Maëlle
Revenir en haut
Gabrielle


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2016
Messages: 133
Féminin

MessagePosté le: Jeu 1 Mar 2018 - 17:31    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Après plus d'un an difficile à gérer, notre couple a retrouvé une certaine vitesse de croisière.


pour lui : 
il y a eu de grosses colères suivies d'heures de sommeil pour fuir
il a fallu qu'il apprenne à gérer les émotions négatives qu'il m'attribuait. 
Il était en plein déni.


le travail avec les psy a montré qu'il me reprochait en projection ce que lui ne voulait pas admettre


il a fallu plusieurs séances de psy individuel et en couple pour qu'il entende que les "critiques" qu'il me reprochait ne venait pas des phrases que je prononçais mais de la façon dont lui les recevait. 
il est plus facile de croire que le conjoint est un problème plutôt que d'admettre que le problème vient de soi-même.
il a fallu qu'il admette qu'il était dans l'auto critique et l'auto dévalorisation en permanence



coté sexe, c'est parfois un peu délicat. il y a encore des panes d'érection et un manque de libido de sa part avec fuite devant la télé ou l'ordinateur...
il a pris conscience que, parfois, lorsqu'il avait des panes, il me reprochait de ne pas en avoir envie par la suite, pour ne pas se décevoir...
quant à moi, je l'étonne de temps à autre en exprimant mon désir au moment ou il ne s'y attend pas et c'est agréable de retrouver une certaine liberté


le positif :
Depuis que mon conjoint a compris que le sexe n'est pas une fin en soi et qu'un couple ne se résume pas qu'à cela, il intègre lentement qu'il faut communiquer, partager, écouter ce que je dis et être en vraie relation.


Son thérapeute lui a remis les points sur les "i" il y a quelques mois. 
En disant qu'il a un comportement infantile, qu'il n'écoute pas ce que je dis, que je suis fatiguée par ses comportements et que j'ai le droit d'y réagir.


ce qui est fou, c'est que le fait d'entendre ces propos de la part d'un thérapeute, homme de surcroît, a eu un effet positif à 1000%
pourtant, sa psy précédente disait la même chose, mais c'était une femme et il ne pouvait pas entendre.


les deux thérapeutes qui le suivent sont des hommes. c'est primordial.


la conclusion de ce cauchemar est que
mon mari a un manque d'estime de soi qui est en cours de travail


qu'il est envahi de peurs (de ne pas plaire, de ne pas bien faire, de décevoir, de ne pas être à la hauteur)
 
il était sous emprise maternelle et restait fidèle à sa famille d'origine
pour rester fidèle à sa famille, il avait une image de moi qui était faussée et s'efforçait de m'y faire rentrer 


lorsque je parlais d'un fait lui appartenant, il entendait des critiques.
ce que je disais était déformé par son manque d'estime de lui-même en auto-critique qu'il me reprochait par la suite...


toute la première partie de sa vie a été régie par des schémas de pensées erronées et l'a transformé en dépendant affectif.


ce qui le régissait était le fait de correspondre à ce qu'il imagine que les autres attendent de lui
plaire à tout prix
recherche d’existence dans le regard d'autrui


La pornodépendance était là pour servir de dérivatif et combler un vide existant depuis ses 16 ans (soit 31 ans)
une forme d'auto-reconnaissance apportant une satisfaction immédiate mais le coupant de ses émotions
c'est une forme d'auto destruction
une fuite en avant devant la vie


finalement, tout ce que Gérard-Yves Cathelin a écrit sur l'addiction à la pornographie s'est révélé exact.


il faut du temps pour en prendre conscience


et pour le dépendant une sacrée dose d'humilité pour l'admettre
laisser tomber l'ego est primordial


Accepter que le porno n'est pas que du porno en fonction de l'utilisation qu'en font les dépendants.


ce combat n'est pas le mien
comme beaucoup de compagnes, je me suis égarée un moment en voulant comprendre
finalement, il a réussi à me faire porter ses problèmes quelque temps


avec la thérapie en couple, demandée par son thérapeute, j'ai réappris à lui redonner ses responsabilités.
la pornographie était son choix
il me l'a imposée et cachée pendant plus de 20 ans


je ne suis pas responsable de son vide intérieur
je ne suis pas responsable de son bonheur individuel
il a du trouver des ressources en lui pour s'aimer et s'accepter tel qu'il est
il a du apprendre à gérer son temps libre autrement qu'en s'anesthésiant le cerveau devant des écrans


je suis responsable de mon propre bonheur


nous sommes responsables du bonheur de notre couple ensemble


il a eu du mal à admettre que la pornographie et les "chats" l'éloignaient de + en + du couple
parce que sa conception du couple était fausse
parce que pour lui, être présent physiquement était être en couple


présent physiquement mais pas émotionnellement 
derrière la tablette ou l'ordinateur ou la télévision ce n'est pas une vie de couple
c'est un fantôme de couple, un simulacre, une mascarade


deux ans se sont écoulés depuis ma découverte.
ça fera deux ans demain


Mon premier couple n'existe plus
un nouveau couple est né, pourtant avec le même conjoint


un couple c'est un combat de tous les jours
rien n'est jamais acquis


Quand l'amour est là, ça vaut le coup de se battre
il aurait été plus facile de tout envoyer balader


je me suis accrochée et je ne regrette rien


Dépendants, battez-vous
ne vous cachez pas derrière des faux-semblants et des raisons extérieures
vivez vraiment au lieu de perdre votre temps pour des images derrière vos écrans
la vie ce n'est pas le virtuel


conjointes, conjoints,
laissez passer le choc, surtout si vous avez découvert par vous-mêmes
laissez une chance à la personne que vous aimez


ne prenez pas ses responsabilités à sa place


ne revenez pas toujours sur votre découverte, ça ne sert à rien de tourner en boucle
ne lui demandez pas où il (elle) en est au niveau visionnage ou masturbation; cela lui appartient.
si vous voulez savoir, convenez d'en parler à date fixe mais pas en dehors, c'est trop de pression


lâchez du lest


pensez à vous en premier
ce n'est pas votre combat mais le sien
ce n'est pas être égoïste, c'est ne pas tout mélanger
_________________
" Qui mieux que vous sait vos besoins ? Apprendre à se connaître est le premier des soins. "
Jean de La Fontaine
Revenir en haut
Gabrielle


Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2016
Messages: 133
Féminin

MessagePosté le: Dim 8 Avr 2018 - 21:54    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Le thérapeute de couple ne nous a pas proposé de nouveau rendez-vous.
Il a trouvé un allant, une joie de vivre, de la légèreté dans le couple. 


Mon mari continue sa thérapie. Son psy le trouve épanoui.


Moi aussi, je le trouve épanoui, souriant. 


Je vais bien 
_________________
" Qui mieux que vous sait vos besoins ? Apprendre à se connaître est le premier des soins. "
Jean de La Fontaine
Revenir en haut
tsunami25102017


Hors ligne

Inscrit le: 02 Fév 2018
Messages: 66
Féminin

MessagePosté le: Mar 10 Avr 2018 - 21:14    Sujet du message: Carnet de Gabrielle Répondre en citant
Gabrielle,
merci pour ces deux derniers messages pleins d'espoir.
j'en ai profité pour relire ton carnet en entier et même si chaque cas est particulier, j'ai retrouvé des ressemblances et j'ai vu que comme moi tu avais eu des crises de désespoir, de colère des envies de partir et que tu avais tout de m^me espéré.
il me semble que ma situation est un peu moins dramatique, mais tout de même cette belle-mère toxique je la connais bien aussi.

deux grosses différences, je ne l'ai pas mis dehors et il n'a pas entamé de thérapie.
le choc a eu lieu tout de même et il a eu peur de me perdre.
il cherche tout seul à changer et comprendre, mais je dois me contenter des résultats et de quelques mots lâchés quand il se sent en confiance et pas jugé.
j'espère que d'ici 1 an je serai en mesure de dire comme toi : je vais bien.
pour l'instant je peux dire : je vais un peu mieux.
_________________
tsunami

"Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé; et le courage de changer ce qui peut l'être; mais aussi la sagesse de distinguer l'un de l'autre". Marc Aurèle
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:43    Sujet du message: Carnet de Gabrielle
Revenir en haut
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    www.pornodependance.com Index du Forum // TEMOIGNAGES DE COMPAGNES DE DEPENDANTS // Témoignages de compagnes de dépendants Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
alexisBlue v1.2 // Theme Created By: Andrew Charron // Icons in Part By: Travis Carden
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com